Tony Blair a de nouveau défendu lundi son bilan lors d'une rencontre à Londres avec des professionnels de la santé. «En matière de réformes, c'est vrai que, dans les deux ou trois premières années, nous n'avons pas poussé assez vite certaines de nos réformes», a-t-il déclaré. Mais il s'est dit certain que ses réformes se poursuivraient, notamment en matière de santé, son principal cheval de bataille avec l'éducation.

Un nouveau sondage lundi a montré que les Britanniques ne le regretteraient pas: 39% se disent contents de le voir partir, 34% sont indifférents. Ils ne sont que 20% à se dire tristes, selon ce sondage YouGov pour le Daily Telegraph.

Ils sont 50% à juger correcte sa performance comme premier ministre (excellente 4%, bonne 20%, moyenne 26%), 45% la jugeant négativement (26% mauvaise, 19% très mauvaise). Mais pour la majorité d'entre eux, les choses ont empiré (48%) ou sont restées les mêmes (19%) durant les années Blair, seulement 26% estimant qu'elles se sont améliorées. 54% pensent que M. Blair a déçu comme premier ministre.