La guérilla colombienne de l’Armée de libération nationale (ELN) et le gouvernement du nouveau président colombien Gustavo Petro ont annoncé mardi qu’ils reprendront en novembre les négociations de paix suspendues en 2019.

«Le rétablissement du processus de dialogue (reprendra) après la première semaine de novembre», indique un communiqué lu à l’issue d’une réunion à Caracas entre les représentants des parties.

Lire aussi: Le Venezuela et la Colombie rouvrent leur frontière aux véhicules de marchandises

«Quand reprendrons-nous? Le communiqué le dit: après la première semaine de novembre» dans des «lieux tournants» entre les pays garants, le Venezuela, Cuba et la Norvège, a précisé à la presse Antonio Garcia, commandant de l’ELN. Il a exclu, pour l’heure, les offres d’implication du Chili et de l’Espagne: «nous apprécions la volonté qui existe (…) mais pour le moment nous allons maintenir la structure des garants qui a été convenue».

Dernière guérilla active

D’inspiration guévariste, l’ELN est la dernière guérilla constituée comme telle encore active en Colombie, alors que les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) ont signé un accord de paix en 2016.

Le communiqué fait état de la décision de «reprendre l’ensemble des accords et progrès obtenus depuis la signature de l’agenda le 30 mars 2016».

«Nous allons redémarrer sans modifier ce qui avait été convenu», a dit Antonio Garcia aux journalistes, ajoutant que le lieu de la reprise des négociations n’avait pas encore été décidé. Selon le commandant de la guérilla, il est nécessaire de «s’attaquer aux causes qui ont provoqué le conflit armé, à savoir l’inégalité, le manque de démocratie et l’iniquité».

Coopération du Venezuela

Le Venezuela a exprimé «son engagement le plus ferme envers le processus de paix totale en Colombie», dans une déclaration publiée par le ministre des Affaires étrangères Carlos Faría.

Lire aussi: Le Venezuela accepte d'être le garant d'un futur dialogue entre la Colombie et la guérilla de l'ELN

Le président vénézuélien Nicolas Maduro, qui a renoué les relations diplomatiques avec la Colombie après l’arrivée au pouvoir du président Gustavo Petro, a reçu dans la soirée le ministre colombien des Affaires étrangères Álvaro Leyva au palais présidentiel de Caracas quelques heures à peine après l’annonce de la reprise du dialogue dans un bâtiment officiel vénézuélien. «Le Venezuela et la Colombie continuent de progresser dans la coopération pour le bien-être de nos peuples», a écrit Nicolas Maduro sur son compte Twitter, sans donner plus de détails.

Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres s’est quant à lui félicité vivement de la décision annoncée aujourd’hui», selon un communiqué de son porte-parole Stéphane Dujarric. «Il exhorte les deux parties à saisir pleinement cette occasion de mettre fin à un conflit meurtrier qui dure depuis des décennies», ajoute-t-il, assurant que les Nations unies «sont prêtes à fournir l’assistance nécessaire».

Paix totale

Les représentants de l’ELN étaient depuis quatre ans à Cuba où s’est tenu le précédent round de négociations, suspendu en 2019 par l’ancien président colombien, le conservateur Ivan Duque, après un attentat contre une école de police qui a fait 22 morts, outre l’assaillant.

Après avoir été sous le coup de mandats d’arrêts internationaux, ils ont pu quitter l’île caribéenne dimanche dans le cadre de nouvelles négociations de paix promises par le nouveau président colombien Gustavo Petro.

Investi en août, Gustavo Petro, premier président de gauche et ancien guérillero lui-même, travaille sur un plan de «paix totale» qui doit mettre fin à toutes les violences dans son pays après plus de 50 ans de combats incessants. Il a notamment affirmé sa volonté de négocier avec l’ELN mais aussi avec les dissidents des ex-Farc qui rejettent l’accord de paix de 2016, ainsi que de discuter avec les gangs de narcotrafiquants de leur reddition à la justice.

Lire aussi: Gustavo Petro, investi président en Colombie, vise la fin de la «guerre anti-drogues»

La plus grande faction dissidente des Farc a annoncé fin septembre la suspension de ses attaques contre les forces de sécurité afin de parvenir à un cessez-le-feu bilatéral.

Selon les autorités, l’ELN compte actuellement quelque 2 500 membres, contre environ 1 800 au moment des négociations. Elle est surtout présente dans la région du Pacifique et à la frontière avec le Venezuela, longue de 2 200 kilomètres.

La Colombie et le Venezuela avaient rompu leurs relations diplomatiques en 2019 suite à la décision de l’ancien président Ivan Duque de ne pas reconnaître la réélection de Nicolas Maduro à la tête du Venezuela lors d’élections contestées.