Face au mur grandiose des pics himalayens qui séparent le Népal de la Chine sur 1389 km, la route improbable s’accroche à des flancs abrupts, naviguant entre glissements de terrain et éboulements de pierres. Elle suit une vallée de plus en plus étroite où file une rivière aux berges massacrées par une douzaine de centrales hydroélectriques.