Relations diplomatiques 

Au Népal, Xi Jinping promet une voie ferrée et un tunnel  

La Chine et le Népal ont salué dimanche le «début d'une nouvelle ère» dans leurs relations à l'issue de la visite du président chinois Xi Jinping, qui a promis une voie ferrée et un tunnel entre les deux pays 

Xi Jinping a annoncé, lors de discussions avec la présidente népalaise Bidhya Devi Bhandari, une aide de 3,5 milliards de yuans (493 millions de dollars) sur la période 2020-2022, pour «élever le niveau de vie du peuple népalais», selon un haut responsable népalais.

Lire aussi: Le projet de nouvelles Routes de la soie perd de sa brillance

Le début «d’une nouvelle ère»

Dans un communiqué de presse commun, les deux pays ont déclaré que la visite de M. Xi «a marqué le début d’une nouvelle ère dans les relations entre le Népal et la Chine et a constitué une étape importante dans l’histoire de (leur) coopération amicale.» Xi Jinping effectuait la première visite d’un dirigeant chinois au Népal depuis 23 ans. Au moins 15 accords ont été signés, dont l’étude de faisabilité d’un projet de voie ferrée transfrontalière qui offrirait à Pékin un accès à l’Inde via sa frontière ouverte avec le Népal.

Lire également: La toile d’araignée des Routes de la soie

«Nous allons développer un réseau de transport multimodal transhimalayen et aider le Népal à réaliser son rêve de se transformer, d’un pays enclavé en pays ouvert», a déclaré le président chinois dans un discours prononcé samedi soir. Une étude de faisabilité doit également être lancée en vue de la construction d’un tunnel reliant Kerung en Chine à Katmandou, ainsi que pour la rénovation des routes existantes. Les deux pays souhaitent aussi resserrer leurs liens en matière d’énergie hydroélectrique, de sécurité, de commerce et d’éducation.

K.P. Rajan Bhattarai, conseiller aux affaires étrangères du premier Ministre népalais Sharma Oli, a déclaré que Xi Jinping a montré que «la Chine est prête à aider le Népal avec générosité dans son objectif de développement et de prospérité.»

Développer les «Nouvelles routes de la soie»

Alors que l’Inde – où M. Xi vient d’avoir deux jours de discussions – est traditionnellement le principal allié du Népal, la Chine a intensifié dernièrement sa présence dans ce pays pauvre de l’Himalaya, injectant des millions de dollars dans des projets allant de la construction de routes à l’édification de centrales hydroélectriques.

Le Népal a adhéré en 2017 à l’initiative des «Nouvelles routes de la soie», un vaste programme d’infrastructures au niveau mondial, qui inclut la construction ou la rénovation des routes et aéroports du pays. «Le grand test pour savoir si la visite de Xi profitera au Népal sera d’observer si ces projets d’infrastructure aident le pays à devenir plus autonome et à utiliser l’accès à la Chine pour vendre nos marchandises, sans accroître notre dépendance», a commenté auprès de l’AFP Kunda Dixit, rédacteur en chef du Nepali Times.

Selon l’International Campaign for Tibet (ICT), une ONG qui a son siège à Washington, au moins 18 Tibétains ont été arrêtés dans les jours précédant l’arrivée de M. Xi à Katmandou. Environ 20’000 exilés tibétains résident au Népal. En 1959, la Chine a envoyé son armée au Tibet pour y réprimer une révolte contre le pouvoir chinois. Les autorités népalaises n’ont pas voulu commenter ces informations.

Publicité