Syrie

Au moins neuf soldats tués après des tirs de missiles israéliens au sud de Damas

L'OSDH précise que la frappe israélienne visait des «dépôts d'armes appartenant à la Garde révolutionnaire iranienne». Le gouvernement syrien donne une autre version des faits

Au moins neuf combattants pro-régime ont été tués mardi soir dans le tir de missiles israéliens visant un secteur proche de Damas, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). La frappe visait des «dépôts d'armes appartenant à la Garde révolutionnaire iranienne», engagée dans le conflit syrien depuis 2011, selon l'ONG.

Lire aussi: En Syrie, une guerre presque mondiale

Du côté du gouvernement syrien, la version est différente. Selon l'agence de presse officielle syrienne Sana, deux civils ont perdu la vie dans la province de Deraa, proche de la capitale, à la suite de l'explosion «liée à l'agression israélienne sur l'autoroute reliant Damas à Deraa».

L'armée syrienne a intercepté deux missiles israéliens visant un secteur proche de la capitale Damas mardi soir, avait indiqué auparavant Sana, rapportant «des explosions» dans ce secteur. La télévision syrienne a retransmis des images de flammes provoquées, selon les deux médias, par la destruction des deux missiles. Israël n'a pas fait de commentaires.

Les positions militaires visées

Ce n'est pas la première fois que ce secteur au sud-ouest de Damas est visé. Israël y avait déjà bombardé des positions militaires, notamment un dépôt d'armes en décembre.

Le 9 avril, des missiles ont été tirés contre la base militaire T-4 dans la province centrale de Homs, tuant jusqu'à 14 combattants, dont sept Iraniens, au surlendemain d'une attaque chimique présumée imputée au régime syrien. Cette base avait déjà été visée par l'armée israélienne en février.

Lire aussi: Syrie: des «missiles ennemis» tirés sur des positions militaires du régime

Le 26 avril, le ministre israélien de la Défense Avigdor Lieberman a affirmé que son pays s'en prendra à toute tentative d'«implantation militaire» iranienne en Syrie, notamment dans la région du Golan, limitrophe d'Israël. Trois jours plus tard, au moins 26 combattants en «majorité» iraniens ont été tués dans des tirs de missiles contre des positions militaires du régime, selon l'OSDH.

Israël et la Syrie sont officiellement en état de guerre. Les relations sont d'autant plus tendues que trois ennemis d'Israël opèrent sur le théâtre syrien: le régime lui-même et ses grands alliés, l'Iran et le Hezbollah libanais pro-iranien.

Publicité