C’est peu dire que le gouvernement indien est ulcéré. Malgré les mises en garde de New Delhi, le géant de la distribution en ligne, Amazon, n’en fait qu’à sa tête sans tenir compte des susceptibilités nationales. La semaine dernière, des paillassons aux trois couleurs du drapeau ont suscité l’ire des patriotes indiens. La ministre des Affaires étrangères, Sushma Swaraj, a immédiatement réclamé que l’injure soit réparée par des excuses inconditionnelles et que les tapis irrévérencieux soient dans la foulée retirés de la vente. Faute de quoi, a-t-elle menacé, les dirigeants d’Amazon ne pourront plus obtenir de visa pour visiter son pays. La firme américaine, craignant de mettre un deuxième pied dans le plat a prudemment obtempéré.

Mais déplore le quotidien en anglais Times of India dans son édition du 14 janvier, elle n’a pas retenu la leçon: la firme propose pour 16,99 $ une paire de tongs en caoutchouc de bonne qualité à l’effigie du Mahatma Gandhi. L’impression est selon le descriptif «professionnelle». Pour avoir le portrait dans son entier, il faut mettre côte à côte le pied droit et le pied gauche. Fouler aux pieds le drapeau puis l’un des pères fondateurs de l’Inde moderne: Amazon ne manque pas de culot. Encore disponibles en ligne dimanche matin, les nu-pieds incriminés ont été disparu du site quelques heures plus tard. A New Delhi, les édiles sont sur le qui-vive et prêts à défendre les symboles du nationalisme indien et de l’hindouisme, ils peuvent compter sur le soutien de leur premier ministre, Narendra Modi, chantre de l’hindutva (nationalisme hindou).