Depuis plusieurs semaines, les nuages s’accumulent pour la candidature du milliardaire qui perd du terrain face à sa rivale Hillary Clinton. La campagne présidentielle avait déjà pris un nouveau tournant avec la publication vendredi d’une vidéo de 2005 dans laquelle Donald Trump se vante d’un comportement relevant du harcèlement sexuel avec des mots d’une grande vulgarité.

Lire aussi: #NotOkay, le mouvement qui s’attaque aux propos scabreux de Donald Trump

Le candidat s’est ensuite excusé d’avoir tenu ces propos, affirmant qu’il «s’agissait de discussions de vestiaires» et qu’il ne s’était jamais comporté de la sorte.

«Il était comme une pieuvre»

Mais ces dénégations ont poussé Jessica Leeds et Rachel Crooks à confier au «New York Times» leurs témoignages sur des attouchements sexuels dont elles n’avaient jamais fait part publiquement auparavant.

La première reproche à Donald Trump de l’avoir pelotée alors qu’elle était assise à côté de lui dans un avion il y a plus de trois décennies, et la seconde affirme que le candidat républicain l’a embrassée contre son gré en 2005 lorsqu’elle travaillait comme réceptionniste dans la Trump Tower appartenant au magnat de l’immobilier.

Lire aussi: L’assaut des médias américains pour stopper Donald Trump

«Il était comme une pieuvre […] ses mains étaient partout», a affirmé Jessica Leeds aujourd’hui âgée de 74 ans, et dont les proches ont aussi été questionnés par le quotidien new-yorkais.

Elle a expliqué avoir ensuite changé de siège dans l’avion et choisi de ne rien dire jusqu’au débat présidentiel de dimanche où les propos de Donald Trump se dédouanant de tout comportement agressif envers des femmes, l’ont révulsée.

Rachel Crooks avait, elle, 22 ans le jour de l’agression, lors d’une rencontre survenue à la sortie d’un ascenseur. Après avoir simplement fait connaissance et échangé une poignée de main, «il m’a embrassé directement sur la bouche», a-t-elle affirmé. «J’étais complètement bouleversée qu’il me pense insignifiante au point de pouvoir faire ça», s’est-elle souvenue.

La prescription comme défense

«Cet article tout entier est de la fiction, et le fait que le «New York Times» lance ces accusations complètement fausses […] à propos de la personnalité de Donald Trump sur un tel sujet est dangereux», a rapidement réagi dans un communiqué un responsable de la campagne Trump, Jason Miller.

Le fait que ces témoignages «ne soient rendus publics que des décennies plus tard dans le dernier mois de la campagne présidentielle devrait être suffisant» à les décrédibiliser, explique encore le porte-parole du candidat.

Outre le témoignage des deux femmes, le «New York Times» évoque le cas de Temple Taggart, une ancienne miss Utah qui avait déjà livré un témoignage affirmant que Donald Trump l’avait embrassée de force à plusieurs reprises.

Deux autres médias, le Palm Beach Post en Floride et une chaîne du réseau NBC dans la région de Seattle ont rapporté les propos de femmes accusant le candidat. Il s’agit de Mindy McGillivray qui affirme avoir subi des attouchements dans la propriété de Donald Trump à Mar-a-Lago il y a 13 ans et de Cassandra Searles, une ancienne miss Washington expliquant avoir aussi été pelotée par le candidat.

Lire aussi: Donald Trump, cet authentique vaurien révélé dans sa lubricité

Donald Trump nie en bloc

Donald Trump lui-même avait été interrogé par le «New York Times» mardi soir dans une interview téléphonique dont le journal a rapporté des extraits. «Rien de tout cela ne s’est jamais produit», a affirmé Donald Trump, en menaçant de poursuivre le journal en justice si les témoignages de Jessica Leeds et Rachel Crooks étaient publiés.

«Cet article troublant confirme hélas tout ce que nous savons sur la façon dont Donald Trump a traité les femmes», a réagi Jennifer Palmieri, la porte-parole d’Hillary Clinton, dans un communiqué. «Ces informations suggèrent […] que le comportement répugnant dont il s’est vanté dans la vidéo représente plus que des paroles», a-t-elle poursuivi.