Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
La ville de Masaya, la plus rebelle du pays, est totalement encerclée par les forces gouvernementales.
© OSWALDO RIVAS/Reuters

répression

Au Nicaragua, de nouvelles attaques des forces gouvernementales font au moins dix morts

La répression du gouvernement est de plus en plus forte au Nicaragua, où au moins dix personnes ont été tuées ce dimanche. Il s’agit des derniers épisodes en date dans les violences qui secouent depuis trois mois ce pays

Au moins dix personnes ont été tuées et vingt blessées dans des attaques lancées par les forces gouvernementales, dimanche, dans plusieurs localités aux mains des rebelles dans le sud du Nicaragua, a annoncé un groupe de défense des droits de l’homme.

Selon des responsables de l’Eglise catholique, des paramilitaires ont également ouvert le feu sur le véhicule à bord duquel se trouvait Mgr Abelardo Mata, un évêque nicaraguayen, sans que ce dernier soit blessé. Il est l’un des cinq dignitaires de l’Eglise qui assurent une médiation entre le gouvernement et l’opposition au Nicaragua.

Lire aussi: Bianca Jagger: «Au Nicaragua, le pouvoir est corrompu et meurtrier»

Les dix personnes tuées dimanche sont six civils, dont deux mineurs, et quatre policiers. Elles ont trouvé la mort dimanche à Masaya, ville située à une trentaine de kilomètres de la capitale Managua mais aussi à Niquinohomo, dans les opérations des forces de police et paramilitaires, selon l’Association nicaraguayenne des droits de l’homme. Masaya, la ville la plus rebelle du Nicaragua, est l’épicentre du mouvement de protestation, dont les étudiants sont le fer de lance, lancé le 18 avril contre le gouvernement du président Daniel Ortega.

«La situation est grave»

Il s’agit des derniers épisodes en date dans les violences qui secouent depuis trois mois ce pays, le plus pauvre d’Amérique centrale, et qui ont au total fait au moins 282 morts et quelque 2000 blessés. Des habitants ont raconté que ces détachements avaient fait usage de pelleteuses aux premières heures du jour pour y détruire des barricades, attaquant leurs défenseurs.

«Ils vont détruire (la cité de) Masaya, elle est totalement encerclée», a dit à l’Agence France-Presse (AFP) Vilma Nunez, la présidente du Centre nicaraguayen pour les droits de l’homme (Cenidh). «Nous sommes attaqués par la police nationale et des auxiliaires de la police armés d’AK-47 et de mitrailleuses dans notre quartier de Monimbo», dans le sud du département de Masaya, a, quant à lui, déclaré Alvaro Gomez, un habitant. «Nous résistons avec des bombes artisanales et des pierres.»

Lire aussi: Le Nicaragua s’enfonce dans la violence

«La situation est grave» et «nous devons ouvrir un couloir (humanitaire) pour évacuer les blessés», a pour sa part assuré Alvaro Leiva, le secrétaire de l’Association nicaraguayenne des droits de l’homme. De son côté, le site internet officiel El 19 Digital a annoncé que Niquinohomo était désormais un «territoire libéré des barrages» érigés par les rebelles.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo monde

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

Cela faisait 5 ans que le pays adepte des grandes démonstrations de force n'avait plus organisé ses «jeux de masse», où gymnastes et militaires se succèdent pour créer des tableaux vivants devant plus de 150 000 spectacteurs. Pourquoi ce retour?

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

n/a