L’Ecosse, qui reçoit à Glasgow la COP26, incarne le paradoxe de la transition climatique. Côté pile, 97% de son électricité en 2020 venait d’énergies renouvelables, très majoritairement éoliennes. Côté face, la mer du Nord, au large de ses côtes, demeure une source importante de pétrole et de gaz. Environ 70 000 emplois en découlent, près de 3% de toute la main-d’œuvre écossaise, assurant en particulier la prospérité d’Aberdeen, une austère et élégante ville de granit du nord-est du pays. Tous doivent disparaître si l’Ecosse entend atteindre la neutralité carbone dès 2045, comme s’y est engagé le gouvernement écossais.