Le président vénézuélien Nicolas Maduro a estimé, mercredi, que le Venezuela et la Colombie devaient «normaliser» leurs rapports. «Nous devons résoudre nos problèmes, régulariser, normaliser les relations commerciales, productives, économiques. Nous devons normaliser les relations consulaires, diplomatiques», a-t-il dit à la télévision nationale en saluant une initiative du Sénat colombien qui propose de créer une commission parlementaire bi-nationale sur les relations entre les deux voisins.

Lire aussi: Au Venezuela, la ruée vers la Colombie

Nicolas Maduro a toutefois accusé dans le même temps le président colombien Ivan Duque de ne pas fournir d'assistance consulaire aux Vénézuéliens vivant en Colombie, où sont réfugiés près de deux des 30 millions de Vénézuéliens, ayant, depuis 2013, fui la crise économique et politique dans leur pays.

Souhaitant une «page qui se tourne», Nicolas Maduro a invité les hommes d'affaires colombiens à «reprendre» leurs investissements dans le pays embourbé dans la pire crise de son histoire récente, avec une hyperinflation et sept années consécutives de récession.

Des tensions récurrentes depuis 2015

Caracas avait rompu les relations diplomatiques en 2019 avec Bogota après la reconnaissance par la Colombie, ainsi qu'une cinquantaine d'autres pays dont les Etats-Unis, de Juan Guaido comme président par intérim. Mais la frontière entre les deux pays était déjà presque intégralement fermée depuis 2015 en raison des tensions récurrentes entre les deux voisins.

Récemment, Caracas et Bogota ont tous les deux annoncé la réouverture de leurs frontières terrestres sans que cela soit suivi d'effets sur le terrain.

Sur le sujet: Le Venezuela rouvre ses frontières terrestres avec la Colombie