Elle qui a travaillé outre-Atlantique, sympathisé avec de nombreux chercheurs et collègues républicains et emmené sa fille en course d’école au Capitole, «lieu sacré de la démocratie», n’aurait jamais imaginé une telle profanation. Nicole Bacharan, politologue et spécialiste des Etats-Unis, analyse le travail de reconstruction des institutions qui s’annonce.

Lire aussi: Au Capitole, l’incroyable impréparation de la police