Noël endeuillé au Nigéria, pays pétrolier le plus peuplé d’Afrique (160 millions d’habitants), qui compte autant de musulmans que de chrétiens. Une vague d’attentats a fait 40 morts dont un kamikaze, selon le dernier bilan. Les attaques ont étérevendiquées par la secte islamiste Boko Haram, un groupe qui prône la création d’un Etat islamique au Nigeria. Elles ont visé notamment des églises pendant les célébrations chrétiennes de la Nativité.

«C’est comme si une guerre interne avait été lancée contre le pays. Nous devons vraiment être à la hauteur et faire face», a déclaré le ministre chargé de la police, Caleb Olubolade. Le conseiller nigerian pour la sécurité, Owoye Azeazi a également dénoncé des «attaques lâches et irréfléchies et (...) préméditées».

Ces attaques, condamnées par le Vatican comme le fruit d’une «haine aveugle et absurde», surviennent après deux jours d’affrontements, jeudi et vendredi, entre des membres de Boko Haram et les forces de l’ordre dans le nord-est, qui auraient fait près de cent morts.

L’attentat le plus meurtrier, avec 35 morts selon le dernier bilan, s’est produit à l’extérieur d’une église catholique à Madalla, en périphérie d’Abuja, la capitale. Un second attentat a visé une église évangélique de Jos, épicentre de violences intercommunautaires dans le centre du pays.

Par ailleurs, trois autres attentats ont secoué le nord-est du Nigeria, rapportent des témoins.