«Panama Papers»

Le nom de Gianni Infantino apparait dans les «Panama Papers»

Le nouveau président de la FIFA aurait signé un contrat suspect quand il était encore à l’UEFA

Selon le quotidien britannique The Guardian, le nom de Gianni Infantino se retrouve dans l’enquête internationale des journalistes d’investigation intitulée «Panama Papers». Le nom du président de la FIFA élu en février apparaît au sujet de contrats passés lorsqu’il était directeur juridique de l’UEFA. A ce moment, l’institution européenne du foot basée à Nyon aurait conclu des deals avec une des personnalités mises en cause dans la fraude qui a mené à la chute de Sepp Blatter, le précédent patron de la FIFA.

Alors que l’UEFA dément toute malversation que ce soit de la part de ses représentants ou de ses partenaires, l’affaire touche une compagnie argentine, Cross Trading. Celle-ci aurait immédiatement cédé des droits de diffusion de compétition pour trois ou quatre fois le prix qu’elle avait elle-même payée. Les contrats couvrent les périodes 2003-2006 et 2006-2009 et concerneraient les droits pour la Ligue des Champions, la Coupe de l’UEFA et la Super Coupe.

Lire aussi: Pour Gianni Infantino, le plus dur commence

Cette compagnie est une filiale de Full Play, une société qui apparteint à Hugo Jinkis. Ce dernier a été poursuivi l’an dernier par les procureurs américains pour avoir corrompu et commissionné des responsables du foot dans le but de retenir et obtenir des contrats de marketing avec les médias. Hugo Jinkis et son fils Mariano sont assignés en résidence en Argentine. Cross Trading a signé un contrat avec Team le partenaire de l’UEFA pour ces affaires. Le nom de Infantino apparaît sur ce document comme directeur juridique de l’UEFA. Pour l’organisation, «Il n’y a pas rien qui montre qu’un officiel de l’UEFA ou ses partenaires ont pris part à un système de commissions ou de corruption en relation avec cette petite opération ou n’importe quelle autre transaction commerciale». Le montant incriminé porte sur 111 000 dollars, somme de départ du côté de l'UEFA, qui aurait été triplée par la revente des droits TV à un tiers.


 

A propos des «Panama Papers»

Dossier
Le scandale des «Panama Papers», secousse planétaire

Publicité