Les Etats-Unis ont recensé 1169 morts supplémentaires du nouveau coronavirus entre mercredi et jeudi soir, selon le comptage de l'université Johns Hopkins, soit le pire bilan sur 24 heures jamais enregistré dans un pays. Le nombre total de personnes décédées est désormais de 5926.

Le pays a également recensé plus de 30 000 cas de Covid-19 supplémentaires, portant le nombre total de cas officiellement déclarés dans le pays à plus de 243 000, toujours selon l'université Johns Hopkins. Les Etats-Unis sont, de loin, le pays répertoriant le plus grand nombre de cas confirmés, avec un quart des cas enregistrés mondialement.

Voir la vidéo: Etats-Unis, nouvel épicentre du coronavirus

Plus de 1,3 million de tests au Covid-19 ont été réalisés dans le pays, a déclaré jeudi le vice-président Mike Pence lors de la conférence de presse quotidienne de la cellule de crise de la Maison Blanche sur le nouveau coronavirus. «Nous réalisons désormais plus de 100 000 tests par jour», a ajouté le président Donald Trump, «ce qui est plus que n'importe quel pays au monde», à la fois en chiffres absolus et proportionnellement à la population des Etats-Unis (environ 330 millions d'habitants).

Consigne de couvrir les visages à New York

L'épicentre de l'épidémie américaine est situé à New York. La ville a enregistré à elle seule plus de 1500 morts et approche des 50 000 cas positifs, selon des chiffres publiés jeudi en fin de journée par les autorités sanitaires de la ville.

Le maire Bill de Blasio a demandé aux habitants de la ville de se couvrir le visage lorsqu'ils sortent de chez eux. «Ca peut être une écharpe, quelque chose que vous avez fabriqué chez vous, un bandana», a expliqué l'édile lors d'un point de presse, mais cela «n'a pas besoin d'être un masque de professionnel».

Lire encore: New York, presque coupé du monde

Une décision prise sur la base d'une étude publiée par les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC), autorité de santé nationale aux Etats-Unis, qui met en évidence des cas de transmission du virus à Singapour par des personnes asymptomatiques. L'étude indique que la transmission pourrait notamment intervenir par la seule respiration. 

Explosion du nombre de chômeurs aux Etats-Unis

Le nombre de demandeurs d'allocations chômage a explosé aux Etats-Unis en une semaine, du jamais vu, sous l'effet des mesures draconiennes prises par les autorités pour endiguer la pandémie. Près de 6,65 millions de personnes ont poussé la semaine dernière les portes des agences pour l'emploi, s'ajoutant aux 3,3 millions de personnes de la semaine précédente. Sur deux semaines, ce sont ainsi près de 10 millions de personnes qui se sont inscrites pour recevoir une allocation chômage.

Le taux de chômage de mars aux Etats-Unis sera dévoilé vendredi. En mars, le taux de chômage devrait s'établir à 4%, estiment les analystes, une hausse encore peu élevée car les données prises en compte pour l'établir datent de la première quinzaine du mois, c'est à dire avant les mesures draconiennes de confinement et de fermetures des commerces jugés non essentiels. Au début du mois de mars, le virus était encore confiné sur la côte ouest des Etats-Unis. Ce n'est que dans la deuxième quinzaine du mois qu'il a gagné l'ensemble du pays.

Lire aussi: Aux Etats-Unis, l’inquiétant boom de chômeurs

Les près de 10 millions de nouveaux demandeurs d'allocations chômage enregistrés sur les deux dernières semaines de mars ne seront ainsi pas comptabilisés. Ces chiffres record, publiés jeudi par le département du Travail, ne reflètent pas le niveau habituel du chômage dans le pays puisque les personnes malades, en quarantaine ou au chômage technique peuvent désormais prétendre à une allocation chômage, de même que les travailleurs indépendants.

Certains demandeurs pourraient également sortir des statistiques dans les semaines à venir à la faveur d'une autre mesure prévue par ce plan: 350 milliards de dollars de prêts aux petites entreprises. Ainsi les patrons des entreprises de moins de 500 salariés pourront, dès vendredi, aller voir leur banquier pour demander un prêt, qui sera effacé par l'Etat fédéral si l'entreprise s'engage à garder ses salariés ou à réembaucher ceux qu'elle aurait déjà licencié.