Le bilan de l'épidémie de pneumonie virale a atteint lundi 2592 morts en Chine continentale après l'annonce de 150 décès supplémentaires, ont annoncé les autorités sanitaires. Tous ces nouveaux décès sauf un sont survenus dans la province centrale du Hubei, berceau du nouveau coronavirus et épicentre de l'épidémie. Le nombre de décès enregistrés sur les 24 dernières heures marque une aggravation après le bilan quotidien de 97 morts annoncé dimanche.

Retrouvez nos principaux articles sur le virus

La Commission nationale (ministère) de la Santé a par ailleurs fait état lundi de 409 nouveaux cas confirmés de contamination sur 24 heures, tous sauf 11 enregistrés au Hubei. Le chiffre représente une décrue importante après les presque 650 nouvelles contaminations annoncées dimanche, et porte à plus de 77 000 le nombre de personnes infectées en Chine continentale (hors Hongkong et Macao).

Lire aussi:  Coronavirus: la Suisse ne prend pas de mesures supplémentaires, mais le Tessin tremble

De nombreuses provinces ont indiqué pour plusieurs jours consécutifs n'avoir découvert aucun nouveau cas de contagion sur leur territoire.

Les non-résidents en bonne santé vont être autorisés sous conditions à quitter Wuhan, a annoncé lundi la mairie de la métropole chinoise au coeur de l'épidémie de pneumonie virale. La ville est placée de facto en quarantaine depuis le 23 janvier.

Les résidents qui auraient une raison particulière de partir, par exemple pour suivre un traitement médical sans rapport avec l'épidémie, pourront également être autorisés à le faire, de même que les personnes venues à Wuhan pour participer à la lutte contre le coronavirus. Les candidats devront obtenir le feu vert des autorités et les départs devront se faire de façon échelonnée.


161 nouvelles contaminations en Corée du Sud

Si l'essentiel des contaminations et décès imputés au nouveau coronavirus, apparu en décembre au Hubei, restent concentrés en Chine, l'épidémie gagne en ampleur à travers le monde. Quelque 1500 contaminations et 26 décès ont été recensés hors de Chine continentale dans plus de 25 pays et territoires, et l'apparition de nouveaux foyers de contagion en Europe et au Moyen-Orient alimente l'inquiétude.

Préoccupés par la propagation du virus en Iran (une quarantaine de cas de contamination et huit décès), plusieurs Etats voisins ont fermé leur frontière ou restreint les échanges avec la République islamique.

En Corée du Sud (763 contaminations et sept morts), le nombre de cas a bondi ces derniers jours, avec 161 nouvelles contaminations lundi, notamment dans la ville de Daegu (sud-est), où des centaines de fidèles d'une secte chrétienne ont été contaminés. 


Nouveaux pays touchés au Moyen-Orient

Le Koweït et le royaume de Bahreïn ont annoncé lundi les premiers cas de personnes infectées par le nouveau coronavirus, en précisant qu'elles revenaient de l'Iran voisin qui a enregistré 43 cas et huit décès.

Le ministère de la Santé de Koweït a précisé que trois personnes, revenant de la ville iranienne de Machhad (dans le nord-est), ont été testées positives au virus alors qu'à Manama, le ministère de la Santé a annoncé qu'un Bahreïni, de retour d'Iran, a été diagnostiqué avec le nouveau coronavirus. Selon le ministère koweïtien, les personnes infectées sont un ressortissant koweïtien de 53 ans, un Saoudien de 61 ans et un apatride de 21 ans.

A Bahreïn, la personne infectée a été transportée dans un hôpital pour y être soignée et ceux qui ont été en contact avec elle convoqués pour des examens, a indiqué le ministère de la Santé.

De nombreux citoyens des pays arabes du Golfe, de confession chiite, se rendent fréquemment en Iran pour des pèlerinages sur les lieux saints chiites du pays.


Des villes italiennes confinées

Dans le nord de l'Italie, environ 52 000 personnes ont passé dimanche leur première journée dans des zones de confinement instaurées en Lombardie et Vénétie. Il s'agit des premières mesures de ce genre prises en Europe.

Lire encore: Le coronavirus tétanise le nord de l’Italie

Le président de la Vénétie a annoncé que les festivités du Carnaval de Venise, qui devait se terminer mardi, étaient annulées à partir de dimanche ainsi que toutes les manifestations sportives de la région.

Le trafic ferroviaire entre l'Italie et l'Autriche passant par le col du Brenner a par ailleurs été arrêté en début de soirée dimanche, comme l'a indiqué à l'Agence France-Presse (AFP) la compagnie autrichienne de chemin de fer ÖBB, avant de reprendre autour de minuit. Un train reliant Venise à Munich est resté bloqué à la frontière en raison de deux cas suspects de coronavirus. Fausse alerte finalement: les tests médicaux se sont révélés négatifs.


Notre carte de l'expansion du virus.