Vétéran des luttes syndicales et politiques au sein de la gauche radicale, Alexis Tsipras sait, de longue date, pratiquer le combat du faible au fort. Le fait d’avoir organisé un référendum à la hâte, pour demander à ses concitoyens d’approuver ou non les propositions faites par les créanciers européens de son pays le 25 juin dernier, entre dans cette stratégie. Le Premier ministre grec, au pouvoir depuis janvier en coalition avec une formation nationaliste proche de l’extrême droite, cherchait un contrepoids politique pour faire chuter l’alliance des intérêts économiques communautaires opposés aux propositions de son gouvernement. Pari gagné ce soir, avec la victoire du «non» qui semble se dessiner. Vers 20h, sur la base de 15% des dépouillements, celui-ci atteignait presque 60% des voix. Plusieurs sondages réalisés à la sortie des urnes vont dans le même sens. L’avertissement hellène semble par conséquent bien parti pour se transformer en menace.

Menace? Le mot n’est pas exagéré. Et ceci pour au moins trois raisons.

La première est le sentiment d’urgence à haute teneur anxiogène que ce vote va à l’évidence accélérer en Grèce d’abord, et au sein de la zone euro. Alors que les banques grecques sont fermées depuis une semaine, et que les distributeurs de billets ne délivrent que soixante euros par jour aux détenteurs de cartes hellènes, ce «gel» bancaire n’est pas tenable. Tous les commerçants qui, en Grèce, exigent désormais d’être payés en espèces le disent ouvertement aux touristes, en pleine saison estivale: impossible pour eux de continuer ainsi. Idem pour les entreprises grecques liées par contrat à des fournisseurs ou clients étrangers. Alexis Tsipras lui-même a promis de se rendre dès lundi à Bruxelles pour en ramener un accord «sous quarante-huit heures». Son ministre des finances, le tonitruant Yannis Varoufakis, a évoqué la réouverture des établissements bancaires mardi. Soit, mais comment? La menace d’un «bankrun», cette ruée des clients vers leurs comptes en euros, devient plus que jamais d’actualité.

La deuxième raison de s’inquiéter est politique. Les dirigeants de l’eurozone auront beau, dès ce dimanche soir, dire que les Grecs n’ont pas voté contre la monnaie unique – ce qui est absolument vrai – ils ne s’en retrouvent pas moins poussés contre le mur par ce vote hellène qui, à la différence de ce qui s’est passé au Portugal, en Irlande ou en Espagne, rompt avec l’obligation tacite pour les pays débiteurs de se soumettre aux conditions de leurs créanciers. Les Grecs, et c’était le calcul de Tsipras, ont renversé le sablier. Les 240 milliards d’euros qui leur ont été prêtés depuis 2010 sont partis en fumée. Or dans cette stratégie du faible au fort, les voici en train… d’exiger de leurs créanciers de nouveaux délais, voire une annulation partielle de créances, considérée il est vrai par de nombreux économistes comme la seule issue possible. Un scénario totalement contraire aux règles de base d’une monnaie unique gérée en commun. Comment convaincre demain les Allemands et les pays nordiques de remettre au pot puisque celui-ci s’avère bel et bien percé? Et quelles seront, en Espagne où le parti Podemos proche de Syriza vient engranger de très bons résultats électoraux, les conséquences de ce «non grec»?

La troisième raison est sans doute la plus inquiétante: avec ce vote, les Grecs lancent un défi aux institutions communautaires et soufflent à nouveau sur les braises d’une intransigeance souverainiste partout à l’œuvre sur le continent. Il ne s’agit plus d’un grain de sable dans une machine huilée. Il s’agit d’une grenade dégoupillée, d’autant plus dangereuse que son caractère explosif s’enracine dans la misère sociale, le chômage de masse, et l’impression de gâchis terrible que les fonds européens colossaux déversés en Grèce laissent aujourd’hui. Ce gâchis, il faut sans cesse le répéter est très largement dû aux dysfonctionnements des élites politiques hellènes, voire carrément à leur malhonnêteté depuis l’entrée du pays dans l’euro, en 2001. Il aurait pu aussi, sans doute, être évité si les plans mis en œuvre par l’UE n’avaient pas été si lents, si incomplets, si centrés sur l’austérité à tout prix dans un pays dépourvu de toute base industrielle pour redémarrer et se relancer. N’empêche: le résultat est là. La «fierté» retrouvée des Grecs, que le premier ministre Alexis Tsipras appelait de ses vœux, est comme une mèche allumée que personne ne sait, à Bruxelles, Paris ou Berlin, comment éteindre ce soir.