La Seine-Saint-Denis est au bord de l’explosion. Ce constat, les élus locaux de ce département du nord de Paris l’ont répété jeudi, alors que le premier ministre Edouard Philippe dévoilait une série de mesures pour leur venir en aide. Difficile, pourtant, de penser que l’une des décisions phares, à savoir une prime de 10 000 euros octroyée aux fonctionnaires qui choisiront d’y être affectés pendant au moins cinq ans, soit de nature à les rassurer.

«L’Etat est en réalité au cœur de nos problèmes. Les maires sont ligotés par les instructions tombées de la préfecture. On ne maîtrise pas notre sort», s’alarmait devant nous, en début d’année, l’ex-maire écologiste de Sevran, Stéphane Gatignon, démissionnaire en mars 2018.