International

Notre-Dame était en danger: un rapport (oublié) l’affirmait en 2016

La presse italienne regorge d’articles sur le sujet depuis la tragédie de Notre-Dame. En 2016, le rapport d’un chercheur italien, spécialiste des questions d’incendie, alertait sur le risque majeur de catastrophe pour la cathédrale de Paris. Problème: commandité par le CNRS, ce document aurait été mis sous le boisseau…

Le quotidien économique italien Il Sole 24 Ore l’a détaillé dans un long article paru dès le 16 avril, soit au lendemain de l’incendie qui a mis à bas le toit de Notre-Dame de Paris: l’hypothèse d’un feu susceptible de dévaster la fameuse «forêt» de poutres, la charpente séculaire de la cathédrale, avait été très sérieusement évoquée en 2016 dans un rapport de l’universitaire Paolo Vannucci, spécialiste des questions d’ingénierie mécanique à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.

Plus étonnant encore: ce rapport, dont l’auteur est un spécialiste de la structure des monuments historiques et de leur capacité à résister aux chocs sismiques ou thermiques, avait été commandité par le CNRS, le Centre national français de la recherche scientifique. Lequel n’a ni mentionné ce document, ni le nom de ce chercheur dans sa liste d’experts adressée aux journalistes le mardi 16 avril en fin d’après-midi, soit à peu près 24 heures après le sinistre. Il Sole 24 Ore cite en particulier un extrait du rapport selon lequel «la concentration de poussière, stratifiée au cours des siècles, peut avoir un effet explosif. Effet pouvant être activé par un court-circuit ou simplement par les fils électriques des systèmes d’alarme de l’échafaudage utilisé pour les travaux de rénovation»…

Retrouvez tous nos articles sur l’incendie de Notre-Dame: Notre-Dame, les défis d’une reconstruction

Un rapport classé «confidentiel-défense»

L’existence de ce rapport datant de 2016, demandé dans le contexte des attentats terroristes de novembre 2015 en France pour évaluer les risques encourus par Notre-Dame et d’autres monuments emblématiques, était connue des journalistes italiens basés à Paris. Ce qui explique leurs critiques sévères, dès le lendemain de la catastrophe, sur la défaillance des procédures de sécurité dans la cathédrale. L’hebdomadaire français Marianne a finalement été le seul média hexagonal à publier ce jeudi 18 avril un entretien avec Paolo Vannucci, qui n’a pas répondu à cette heure aux sollicitations du Temps. L’intéressé affirme au magazine que le risque d’incendie était particulièrement élevé, et que son rapport préconisait des mesures qui n’ont jamais été prises. Il révèle également que ce document aurait été classé «confidentiel-défense» par le gouvernement du premier ministre Manuel Valls, sans doute pour éviter sa divulgation et le risque de donner des idées à de potentiels terroristes.

Lire également: #NotreDame: «émoji cœur brisé», stories, tweets et «contagion émotionnelle»

«Nous avions dit en effet qu’en cas d’attaque, le risque d’un embrasement de la toiture existait et qu’il fallait absolument la protéger et installer un système d’extinction, explique Paolo Vannucci à Marianne. En vérité, il n’y avait pratiquement aucun système anti-incendie, notamment dans les combles, où il n’y avait aucun système électrique pour éviter les risques de court-circuit et d’étincelles. J’imagine qu’on avait installé quelque chose de provisoire dans le cadre des travaux de réfection, mais je n’en suis pas sûr. Au niveau de la charpente, lorsque nous avons fait notre recherche, il n’y avait aucune protection. Seulement un point d’eau dans la petite cour située entre les deux tours, donc à l’extérieur de la charpente. Nous avions donc alerté le CNRS sur les risques d’incendie. Nous avions aussi dit que même la foudre aurait pu déclencher un feu et qu’il fallait donc installer tout un système de prévention.» La réponse des autorités françaises a jusque-là été justement de dire qu’aucun dispositif électrique n’avait été installé dans les combles, précisément pour éviter les risques de court-circuit. L’existence de ce rapport n’a pour l’heure pas été divulguée officiellement.

Je ne comprends pas que l’on ne dise pas: d’accord, nous avons un rapport certes sensible mais que nous pouvons tout de même utiliser

Paolo Vannucci, spécialiste des questions d’ingénierie mécanique à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

La question du dysfonctionnement de l’alarme incendie de Notre Dame, qui s’est déclenchée une première fois à 18h20, donnant lieu à une inspection des lieux qui n’a rien donné, a en revanche été disséquée par l’équipe «Check News» du quotidien Libération: «Un dysfonctionnement sur le système d’alarme de la cathédrale a fait perdre un temps précieux aux agents de sécurité de Notre-Dame, écrivent les journalistes. A 18h20, la console reliée aux différents capteurs a détecté un incident, générant de facto une première alerte. Toutefois, le lieu associé à cette alerte n’était pas le bon et l’agent chargé de la vérification n’a donc rien constaté. Il a fallu attendre une seconde alerte, à 18h43, pour que l’agent identifie le lieu réel du départ du feu, localisé à l’angle de la flèche. D’où un appel d’urgence aux pompiers passé peu avant 18h50.»

Lire également: Pourquoi on a tous en nous quelque chose de Notre-Dame

La question de la responsabilité

Paolo Vannucci n’avait évidemment pas pris en compte, dans son rapport, le risque supplémentaire engendré par les travaux sur la flèche qui ont démarré en juillet 2018, soit deux ans après la parution de son étude. Il est toutefois surprenant que ce chercheur spécialisé dans les monuments historiques – son site web montre plusieurs études, dont l’une consacrée au Panthéon de Rome – n’ait pas été davantage sollicité depuis l’incendie. S’agit-il d’une mise à l’écart d’un expert dont les conclusions soulignent la responsabilité de l’Etat français, propriétaire de Notre-Dame de Paris et déjà accusé par de nombreux spécialistes d’avoir négligé l’entretien de ce chef-d’œuvre du patrimoine mondial, visité chaque année par plus de treize millions de personnes? Une quarantaine d’auditions par la police d’employés et de responsables des entreprises mobilisées sur le chantier ont déjà eu lieu. La société chargée des échafaudages s’est plusieurs fois exprimée pour nier toute responsabilité, et affirme que ses ouvriers ont respecté toutes les procédures de sécurité et qu’ils ont quitté les lieux vers 17h20, soit une heure avant le déclenchement de l’alarme.

La réponse de Paolo Vannucci à Marianne laisse en tout cas entendre que sa voix dissidente n’a guère été prisée en 2016: «Je ne comprends pas que l’on ne dise pas: d’accord, nous avons un rapport certes sensible mais que nous pouvons tout de même utiliser. Pourquoi ne l’ont-ils pas fait? Je n’ai pas la réponse. A un moment donné, nous avons cessé de discuter avec le CNRS car nous avons compris que c’était inutile, nous nous sommes sentis impuissants. Nous avions également organisé une réunion au Ministère de l’éducation nationale et il y avait des représentants de plusieurs ministères. Par conséquent, le gouvernement était tout à fait au courant.»

L’heure des explications et des réponses est désormais venue, au moment où les dons pour financer la reconstruction de l’édifice atteignent des records.

A ce propos: Notre-Dame: lancement d’un concours d’architecture et polémique sur les dons


Remerciements à Samuel Brussell

Explorez le contenu du dossier

Publicité