indices

Nouveau plongeon de la Bourse de Shanghai

Lors des premiers échanges la Bourse de Shangai perdait plus de 5%, dans un contexte de panique générale. Les autorités voient «un ajustement après un gonflement trop rapide»

La Bourse de Shanghai plongeait à nouveau mardi. Dans la première heure des échanges, elle perdait plus de 5%, prolongeant les chutes spectaculaires des deux dernières séances et s’enfonçant sous les 4000 points dans un marché toujours en déroute.

Vers 10h30 (04h30 en Suisse), l’indice composite shanghaïen baissait de 5,03%, ou 203,97 points, à 3849,06 points. La Bourse de Shenzhen perdait quant à elle 6,33%, cédant 148,92 points à 2202,48 points.

Les marchés chinois s’étaient déjà effondrés de plus de 7% vendredi. La débâcle s’est poursuivie lundi dans un contexte de panique générale (-3,34% à Shanghai, -6,06% à Shenzhen). La place shanghaïenne a perdu environ 25% de sa valeur en deux semaines.

«La correction a rendu les investisseurs très nerveux, et après des mouvements d’une telle ampleur, il sera difficile de changer leurs perceptions» et de les convaincre de revenir, commentait Gerry Alfonso, analyste shanghaïen du courtier Shenwan Hongyuan, cité par Bloomberg News.

Hausse de 150% en un an

La chute est d’autant plus violente qu’elle a mis brutalement fin à une longue envolée euphorique, qui avait vu la Bourse de Shanghai gonfler de 150% en douze mois, depuis la mi-juin 2014.

Déconnectée de l’économie réelle, «cette hausse du marché manquait de fondement», indiquait à l’AFP Li Daxiao, économiste du courtier Yingda Securities. «Il était inévitable et nécessaire que le marché en revienne à des valorisations normales», a-t-il souligné.

De fait, les gains étourdissants des bourses étaient principalement alimentés par un endettement massif - via des «opérations sur marge» - qui attisait les inquiétudes sur une probable «bulle». Les régulateurs ont fini par imposer des restrictions à la pratique.

Les autorités chinoises de régulation des marchés financiers ont d’ailleurs décrit lundi soir la dégringolade des bourses comme «un ajustement après un gonflement trop rapide».

Une majeure partie des investisseurs sur les places chinoises sont des boursicoteurs particuliers, très suivistes, ce qui tend à amplifier de façon disproportionnée - et imprévisible - les mouvements de la cote.

Publicité