La saga judiciaire qui dure depuis des années connaît un nouveau rebondissement. La Haute Cour de Londres a autorisé lundi le fondateur de WikiLeaks Julian Assange à contester devant la Cour suprême britannique une décision de justice autorisant son extradition vers les Etats-Unis.

Julian Assange ne pourra toutefois pas faire directement appel auprès de la Cour Suprême. Cette dernière doit en premier lieu décider si elle accepte ou refuse de recevoir sa demande d’appel.

La Haute Cour de Londres a accordé le droit de faire appel devant la Cour suprême, mais uniquement pour un motif limité: le retard avec lequel le gouvernement américain a transmis des assurances diplomatiques.

La justice britannique s’était initialement opposée à la remise aux autorités américaines de l’Australien de 50 ans, invoquant le risque de suicide. Mais le vent a tourné et les Etats-Unis ont remporté une victoire majeure en décembre: les hauts magistrats britanniques ont annulé cette décision, estimant que les Etats-Unis avaient fourni suffisamment d’assurances face aux risques de suicide.

Relire: Julian Assange se rapproche de l’Amérique

Les avocats d’Assange ont alors déposé une demande d’appel devant la Cour Suprême, que les juges de la Haute Cour ont autorisé lundi.

Les Etats-Unis reprochent à l’Australien d’avoir diffusé, à partir de 2010, plus de 700 000 documents classifiés sur les activités militaires et diplomatiques américaines, en particulier en Irak et en Afghanistan. Julian Assange est notamment poursuivi pour espionnage et risque jusqu’à 175 ans de prison. Ses soutiens dénoncent une attaque gravissime contre la liberté de la presse.