Pour l’avocat genevo-américain Charles Adams, 66 ans, qui vit à Genève depuis 1986, c’est une récompense qu’il attendait sans oser le dire depuis longtemps. Important contributeur à la campagne présidentielle de Barack Obama aussi bien en 2008 qu’en 2012, il vient d’être nommé par le président américain au poste d’ambassadeur des Etats-Unis en Finlande.

Avocat spécialisé dans l’arbitrage international, Charles Adams est un inconditionnel de Barack Obama depuis le début de son aventure présidentielle. En 2008, il avait invité à Genève l’acteur George Clooney pour une soirée de gala à laquelle participèrent 170 invités pour écouter l’acteur. Puis dans sa résidence en Vieille-Ville de Genève, il invita 75 hôtes afin de lever des fonds pour la campagne de Barack Obama. En 2012, il faisait partie de la Commission nationale des finances de la campagne de Barack Obama. A ce titre, il avait accès aux figures importantes du Parti démocrate.

Jeudi, la Maison-Blanche a diffusé un communiqué par lequel Barack Obama justifiait ses choix, notamment celui de Charles Adams: «Ces hommes et femmes ont fait montre de leurs connaissances et de leur engagement tout au long de leur carrière. Je leur suis reconnaissant d’avoir accepté de jouer ces rôles importants (d’ambassadeurs) et je me réjouis de collaborer avec eux au cours des mois et années à venir.»

Son père était un diplomate travaillant pour le Département d’Etat américain. Charles Adams vécut ainsi en France, au Canada, en Allemagne, au Ghana, au Maroc et à Washington au gré des postes paternels. Responsable des questions d’arbitrage international et associé au sein du cabinet américain d’avocats Akin Gump Strauss Hauer & Feld, il en dirige le bureau genevois. Avant cela, il a officié en tant qu’avocat dans de multiples études. De 1973 à 1986, il fut avocat à Washington et Paris pour l’étude Surrey & Morse. Plus tôt encore, il s’est engagé en qualité de volontaire dans le Peace Corps de 1968 à 1970 au Kenya. Il est diplômé de l’Université de Dartmouth ainsi que de la Faculté de droit de l’Université de Virginie.

Rencontré par Le Temps avant le scrutin de 2012, puis dans les coulisses du quartier général de Chicago où Barack Obama est venu fêter sa réélection, il débordait d’enthousiasme à l’annonce de la victoire du démocrate. Son téléphone portable ne cessait de vibrer. Un message venait de George Clooney qui disait vouloir boire à la santé de Barack Obama les bouteilles millésime 1961 que Charles Adams lui avait offertes lors de son séjour genevois. Puis, sur une note plus politique, le futur ambassadeur des Etats-Unis en Finlande lâchait: «J’espère que la majorité républicaine de la Chambre des représentants se rendra compte que la stratégie de l’obstructionnisme tous azimuts va droit dans le mur. Si elle poursuit sur cette voie, le Parti républicain va être éradiqué de la carte.» Depuis sa déclaration, force est de constater que le Parti républicain ne l’a pas entendu. L’obstructionnisme est même allé crescendo.

Charles Adams devra encore attendre la confirmation du Sénat pour être sûr de pouvoir servir la diplomatie américaine en Finlande.