Des foules massives manifestaient, lundi, pour la troisième journée consécutive en Birmanie pour protester contre le coup d'État qui a renversé Aung San Suu Kyi. A NayPyidaw, la capitale, les forces de l'ordre ont fait usage de canons à eau contre des manifestants, selon des journalistes de l'AFP. Deux personnes ont été blessées, d'après cette source, tandis que des images diffusées sur les réseaux sociaux montraient deux protestataires à terre après avoir été visés par les canons.

Plus d'un millier de Birmans manifestaient dimanche à Rangoun contre le coup d'Etat du 1er février qui a renversé le gouvernement civil d'Aung San Suu Kyi, ont constaté des journalistes de l'AFP. La BBC elle évoque plusieurs dizaines de milliers de manifestants. 

Des policiers anti-émeutes ont été déployés en nombre près de l'université de Rangoun, où avait lieu la manifestation.

«Nous continuerons à nous rassembler jusqu'à ce que nous obtenions la démocratie. A bas la dictature», a déclaré Myo Win, un manifestant de 37 ans, sous un concert de coups de klaxons.

«La dictature est enracinée dans notre pays depuis trop longtemps», a déploré Myat Soe Kyaw, alors que la Birmanie a déjà vécu près de 50 ans sous le joug de l'armée depuis son indépendance en 1948.

Samedi, plusieurs milliers de personnes s'étaient déjà réunies dans la capitale économique birmane, premier grand rassemblement depuis le putsch des militaires qui ont instauré l'état d'urgence pour un an, arrêté Aung San Suu Kyi ainsi que des dizaines de responsables politiques et des activistes.

Importantes coupures internet

Des contestataires criaient: «Libérez Mother Suu», en référence à Aung San Suu Kyi. D'autres agitaient des drapeaux, aux couleurs de son parti, la Ligue nationale pour la démocratie (LND) et faisaient le salut à trois doigts, un geste de résistance.

Malgré les ordres de blocage d'internet par les généraux putschistes, le rassemblement était retransmis en ligne sur Facebook où les messages de soutien affluaient. «Vous êtes nos héros», «Respect aux manifestants», pouvait-on lire.

Lire aussiEn Birmanie, la contestation populaire s'intensifie sur fonds de coupures de communications

La censure se poursuit, et le pays connaissait toujours des coupures internet importantes dimanche. L'accès à Facebook, principal outil de communication pour des millions de Birmans, ainsi qu'à Twitter et Instagram étaient aussi nettement restreints.

Aung San Suu Kyi, très critiquée il y a encore peu par la communauté internationale pour sa passivité dans la crise des Rohingyas, reste adulée dans son pays. Elle a été inculpée pour avoir enfreint une obscure règle commerciale et se trouve «assignée à résidence» dans la capitale Naypyidaw, «en bonne santé», d'après un porte-parole de la LND.

Relire aussi notre éditorialEn Birmanie, l’armée et la pandémie plus fortes que les urnes