Des milliers de manifestants défilaient jeudi à Sidi Bouzid (centre-ouest), berceau de la révolution tunisienne aux cris de «non au vol de la révolution!», pour exiger la démission du gouvernement de transition, ont rapporté des journalistes de l’AFP.

Ils manifestaient à l’appel de la puissante centrale syndicale UGTT qui a convoqué une grève générale dans la ville et sa région pour faire pression sur le gouvernement de transition.

Ce dernier doit annoncer jeudi un remaniement crucial pour sa survie, alors que des milliers de manifestants exigent chaque jour le départ des sept caciques de l’ancien régime Ben Ali qui y siègent jusqu’à présent.

«Dégagez les pourris!», «Ghannouchi, est-ce que tu ne nous a pas encore compris?», scandaient encore les manifestants, à l’adresse du Premier ministre, dernier chef du gouvernement du président Zine El Abidine Ben Ali qu’il a servi pendant 11 ans jusqu’à la fuite de ce dernier en Arabie Saoudite le 14 janvier.

C’est de Sidi Bouzid qu’était partie la révolte populaire ayant chassé Ben Ali du pouvoir, après l’immolation par le feu d’une jeune marchand de fruits excédé par les humiliations policières le 17 décembre.