Le président tunisien Zine el-Abidine Ben Ali a annoncé jeudi ne pas avoir l’intention de briguer un nouveau mandat. «Pas de présidence à vie et je refuse de toucher à la limite d’âge fixée par la Constitution», a déclaré le président, au pouvoir depuis 1987 et qui a été réélu en octobre 2009 pour un mandat de cinq ans. Il était sollicité par des membres de son parti pour se représenter en 2014.

«Assez de tirs à balles réelles», a-t-il ajouté dans ce discours prononcé en tunisien dialectal dans une intention apparente de se faire comprendre par tous les Tunisiens. «Je vous ai compris», a martelé le président à plusieurs reprises, avant de promettre la «liberté totale» de l’information et de l’accès à Internet, sujets sur lesquels il était critiqué notamment par les Etats-Unis.

Sur le terrain, des affrontements meurtriers entre manifestants et forces de sécurité ont eu lieu à Tunis et dans sa banlieue. Un manifestant a été tué. La présidente de la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH), Souhayr Belhassen, a affirmé à Paris détenir une liste nominative de 66 personnes tuées depuis le début des troubles mi-décembre, dont huit dans la nuit de mercredi à jeudi dans la banlieue de Tunis, malgré le couvre-feu nocturne décrété la veille.