Gaza

Avant de nouvelles protestations à Gaza, Israël maintient ses consignes de tir

Le 30 mars, lors d’un précédent rassemblement pour la «marche du retour», 18 Palestiniens ont été tués par balles. La Maison-Blanche a appelé les manifestants à ne pas s’approcher de la frontière

Israël a prévenu jeudi que les consignes de tir ont été données en prévision d’une nouvelle manifestation de la «marche du retour» prévue vendredi à la frontière avec la bande de Gaza. L’émissaire du président américain Donald Trump pour le Proche-Orient, Jason Greenblatt, a lancé une mise en garde aux manifestants, leur demandant de «rester en dehors de la zone tampon de 500 mètres» et de ne «pas s’approcher de la barrière de la frontière de quelque manière que ce soit».

Lire aussi: Israël rejette les appels à une enquête sur les morts de Gaza

«Nous condamnons les leaders et les manifestants qui appellent à la violence ou envoient des manifestants – y compris des enfants – vers la barrière, sachant qu’ils pourraient être blessés ou tués», a ajouté le responsable américain dans un communiqué à la tonalité extrêmement ferme.

Les Palestiniens de Gaza se préparent à cette nouvelle protestation pour réclamer le retour des réfugiés qui avaient fui leurs terres lors de la création de l’Etat d’Israël, et la fin du blocus de Gaza par Israël. Les organisateurs ont indiqué qu’ils tenteraient d’empêcher les petits groupes de protestataires qui voudraient s’approcher de la barrière pour faire rouler des pneus enflammés ou jeter des pierres.

Une manifestation comparée à une «opération terroriste»

La journée du 30 mars a été la plus meurtrière depuis la guerre en 2014 entre Israël et le mouvement islamiste Hamas, qui gouverne la bande de Gaza. Des dizaines de milliers de Palestiniens avaient afflué près de la barrière séparant Israël de Gaza. Quelques petits groupes avaient affronté les forces israéliennes en jetant des pierres.

Lire aussi: Israël tue douze Palestiniens à la frontière avec Gaza

Malgré les critiques de l’ONU et de l’Union européenne, qui ont réclamé une «enquête indépendante» sur l’usage par Israël de balles réelles, les responsables israéliens ont refusé de modifier les consignes de tir pour les manifestations prévues après les prières de vendredi.

«S’il y a des provocations, il y aura une réaction des plus dures comme la semaine dernière. Nous n’avons pas l’intention de changer les consignes de tir. Nous restons sur la même ligne», a prévenu le ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman. «Nous n’avons pas affaire à une manifestation, mais à une opération terroriste.» L’envoyé spécial de l’ONU pour le Moyen-Orient, Nickolay Mladenov, a appelé les forces israéliennes à la «retenue maximale» et les Palestiniens à éviter les frictions.

Publicité