Vu de l’extérieur, le téléphone semble parfaitement normal. Les notifications éclairent l’écran, tandis que les échanges s’empilent dans les applications de messagerie. Les appels sont parfaitement audibles, la navigation sur internet est fluide et l’appareil photo fonctionne. Rien ne permet de deviner qu’un logiciel espion ultra-sophistiqué est en train, subrepticement, de s’introduire dans le téléphone pour en prendre le contrôle. Cette discrétion est le principal avantage d’une arme numérique d’un nouveau genre, un logiciel espion nommé Pegasus.