Mœurs

Le nudisme agonise en ex-Allemagne de l’Est

Le naturisme perd en popularité dans l’un de ses bastions historiques sous la triple influence de la réunification, de l’immigration et des réseaux sociaux

Clemens habite dans la banlieue sud de Berlin, à Königs Wusterhausen. Chaque week-end, lorsque le temps le permet, cet homme de 52 ans se baigne entièrement nu dans le lac situé à quelques centaines de mètres de chez lui. Il se mélange aux baigneurs en maillot, comme c’est le cas sur de nombreuses plages de la capitale et plus largement de l’ancienne Allemagne de l’Est.

«C’est un sentiment de liberté», confesse Clemens. «Nous avons toujours fait du nudisme avec mes parents, c’est devenu naturel», explique ce Berlinois né, grandi et socialisé sous le régime communiste de la RDA. «A l’époque, c’était normal de se baigner nu, personne ne vous jugeait», se souvient-il. Aujourd’hui, ses deux fils de 11 et 15 ans refusent de suivre son exemple. «Trop gênant», confessent-ils.

Un pratique «démodée»

La tradition du nudisme et du naturisme, connue en Allemagne sous les trois lettres FKK (Freikörperkultur, ou «culture du corps libre»), serait-elle en train de disparaître? C’est en tout cas la crainte qui agite les associations officielles et leurs 30 000 membres au niveau national. «Nos membres sont vieux et le deviennent de plus en plus», confirmait récemment dans la presse Wilfried Blaschke, président de la Fédération du naturisme (DFK). Kurt Starke, chercheur en sexualité installé à Leipzig, va plus loin. «Le naturisme n’est absolument plus tendance», estime-t-il dans un entretien à l’agence de presse DPA. Selon lui, cette pratique serait devenue «démodée».

Le constat se confirme chaque année davantage et laisse envisager la fin de l’un des aspects les plus symboliques de la socialisation en RDA, alors que l’Allemagne célèbre cette année même les 30 ans de la chute du Mur. Si la pratique du nudisme et du naturisme s’est officialisée en Allemagne au début du XXe siècle, avec la création en 1901 et 1903 des premières associations, elle s’est développée après la Première Guerre mondiale, avant d’être interdite sous le régime nazi.

Lire également: La nudité toute nue

Même Angela Merkel

Mais c’est après 1945 qu’elle a vraiment pris son essor, surtout en Allemagne de l’Est, sous le régime communiste, réputé moins prude que son voisin de l’Ouest. Effaçant les différences entre les classes sociales, le naturisme représente la «modernité», l’émancipation des femmes et offre un espace de liberté. Selon certaines estimations, un Allemand de l’Est sur deux l’aurait à l’époque pratiqué, le plus souvent sans passer par une association comme c’était souvent le cas en RFA. L’actuelle chancelière Angela Merkel, qui a grandi en RDA, n’a pas échappé à la règle, comme le confirment des clichés d’elle dans le plus simple appareil, publiés il y a quelques années dans la presse.

La réglementation de la RFA stipulant que «là où il n’est pas autorisé, le naturisme est interdit» a remplacé la règle appliquée en RDA selon laquelle «là où il n’y a pas d’interdiction, le naturisme est autorisé»

«A la réunification allemande, en 1990, nous comptions 2000 membres», commente Christian Utecht, président de l’une des trois associations de naturistes de Berlin. «Nous n’atteindrons plus jamais ce niveau. C’est impossible. Notre objectif est en revanche de maintenir nos effectifs actuels de 800 membres», reconnaît-il. Cet adepte du naturisme, «qui déteste les maillots de bain», regrette aussi que les espaces réservés à cette pratique se réduisent comme peau de chagrin. «Même au bord de la Baltique, trouver une plage est devenu aussi compliqué que chercher une aiguille dans une botte de foin», constate-t-il.

Réseaux sociaux et multiculturalisme

Les raisons de ce désamour? Elles semblent multiples, à commencer par la réunification entre les deux Allemagnes, qui a ouvert les plages de sable blanc de la Baltique, bastion du naturisme, aux Allemands de l’Ouest et augmenté la pression sociale. La réglementation de la RFA stipulant que «là où il n’est pas autorisé, le naturisme est interdit» a remplacé la règle appliquée en RDA selon laquelle «là où il n’y a pas d’interdiction, le naturisme est autorisé». A Berlin, Christian Utecht voit aussi le poids du «multiculturalisme» dans le déclin de cette pratique, avec de plus en plus d’habitants venus d’autres pays et peu habitués à se dévêtir entièrement.

Le chercheur de Leipzig Kurt Starke évoque par ailleurs «le tabou de la nudité». «Le corps est un instrument de valeur que l’on ne montre pas aussi simplement ou du moins pas gratuitement», juge-t-il. Chez les jeunes, l’influence des médias sociaux semble aussi jouer un rôle non négligeable. «Les adolescents ne souhaitent pas forcément être vus et reconnus de tous sur Facebook en tenue d’Eve», avance Christian Utecht. «La recherche du corps idéal, avec toutes ces images retouchées par Photoshop, contribue aussi certainement à détourner les jeunes», ajoute-t-il. De fait, les statistiques des associations le montrent: les 18-30 ans sont les moins représentés sur les plages naturistes.

Publicité