Un avion militaire russe s'est abîmé dimanche matin en mer Noire, sans «signes de survivants» parmi les 92 personnes à bord, dont des membres des choeurs de l'Armée rouge qui allaient célébrer le Nouvel an avec les troupes en Syrie.

Selon le ministère russe de la Défense, le Tupolev Tu-154 a disparu des écrans-radars à 5h27 locales, deux minutes après son décollage de l'aéroport de la station balnéaire de Sotchi, situé dans la commune d'Adler, sur les côtes de la mer Noire. Il se rendait à la base aérienne de Hmeimim, près de Lattaquié en Syrie.

Vaste opération pour récupérer les corps

Des débris de l'appareil ont été découverts à 1,5 kilomètre de la côte, à environ 70 mètres de profondeur. Plus de 3000 personnes, 27 navires et bateaux, 37 plongeurs, ainsi que quatre hélicoptères et des drones ont été dépêchés sur place pour mener des recherches, indique le ministère des armées, ajoutant qu'une centaine d'autres plongeurs devraient arriver prochainement dans la zone de l'accident.

Pour l'heure, dix corps de victimes ont été retrouvés lors de l'opération de recherches. Selon les services russes d'enquête, l'appareil parti de l'aérodrome de Tchkalovski, près de Moscou, avait fait escale à Sotchi pour être ravitaillé en kérosène.

L'avion transportait 84 passagers et huit membres d'équipage, selon le ministère.

64 membres des choeurs de l'Armée rouge

La liste publiée comprend 64 membres de l'Ensemble Alexandrov, connu lors de ses tournées à l'étranger sous le nom de choeurs de l'Armée Rouge, et huit militaires dont le directeur de l'Ensemble Valéri Khalilov. Ils se rendaient en Syrie pour célébrer le Nouvel an avec les soldats russes déployés là-bas depuis septembre 2015 en soutien au régime de Bachar al-Assad, allié de longue date de la Russie.

«Terrible injustice»

«L'Ensemble Alexandrov, c'est une carte de visite de la Russie», a déploré le célèbre pianiste russe Denis Matsouïev, cité par l'agence Ria-Novosti, évoquant une «terrible injustice».

L'avion transportait également neuf journalistes des chaînes de télévision Pervy Kanal, NTV et Zvezda, deux hauts fonctionnaires civils et la responsable d'une organisation caritative respectée en Russie, Elizavéta Glinka.

Cette dernière, connue du grand public comme «Docteur Liza», transportait des médicaments pour l'hôpital universitaire de Lattaquié, a précisé le directeur du Conseil consultatif pour les droits de l'Homme auprès du Kremlin, Mikhaïl Fedotov, cité par l'agence Interfax.

La chancelière allemande Angela Merkel, le président syrien Bachar al-Assad, le premier ministre turc Binali Yildirim, ainsi que l'ambassadeur des Etats-Unis à Moscou John Tefft ont exprimé leurs condoléances à la Russie.

Journée de deuil national et enquête

Le président Vladimir Poutine a annoncé qu'une journée de deuil national serait observée lundi en hommage aux victimes. «Une enquête soignée sera menée pour déterminer les causes de la catastrophe et tout sera fait pour soutenir les familles des victimes décédées», a-t-il promis à la télévision publique.

A sa demande, le premier ministre Dmitri Medvedev a créé une commission d'enquête spéciale dirigée par le ministre des Transports, Maxime Sokolov, qui doit se rendre à Sotchi dès dimanche.

Les autorités ne privilégient aucune hypothèse en particulier pour expliquer ce crash intervenu aux pieds du massif instable du Caucase et impliquant un appareil exploité depuis 33 ans.

Selon le ministère de la Défense, l'appareil accumulait 6689 heures de vol depuis 1983. Il avait été réparé pour la dernière fois en décembre 2014 et révisé en septembre dernier.

Une enquête criminelle a été ouverte pour déterminer si des manquements aux règles de sécurité aérienne sont à l'origine de l'accident, a indiqué le Comité d'enquête russe, organisme chargé des principales affaires.

Série noire pour Tupolev

Plusieurs Tu-154, un appareil de conception soviétique, ont eu des accidents par le passé. En avril 2010, un appareil de ce type transportant 96 personnes dont le président Lech Kaczynski et de hauts responsables polonais s'était écrasé en tentant d'atterrir près de Smolensk (ouest de la Russie), et tous ses occupants avaient été tués.