«Il est temps pour nous de nous rassembler», a déclaré le président américain dans son allocution radiodiffusée hebdomadaire. «Il est temps pour nous d’agir. Il est temps pour nous, à Washington, d’être à la hauteur de nos responsabilités envers le peuple américain et les générations futures», a-t-il exhorté.

Négociée pendant des mois entre démocrates à la Chambre des représentants et au Sénat, la réforme de l’assurance maladie promise par M. Obama pendant sa campagne de 2007-2008 a connu un coup d’arrêt brutal lorsque les républicains ont remporté une élection sénatoriale partielle le 19 janvier, privant les démocrates de leur «supermajorité».

M. Obama a présenté ses propres propositions et organisé jeudi un sommet télévisé de plus de six heures avec une quarantaine d’élus démocrates et républicains du Congrès pour discuter de la question et entendre leurs propositions. Il a reconnu à la fin de la réunion l’existence de positions «philosophiques» très éloignées entre les deux camps.

«Nous pouvons surmonter certains de ces désaccords», a déclaré le président américain samedi. «D’autres pas. Et aucun texte législatif ne contiendra au final tout ce que chacun désire. C’est cela le compromis», a-t-il dit.

A la fin du sommet de jeudi, M. Obama avait prévenu les républicains qu’il irait de l’avant dans sa réforme avec ou sans leur appui, semblant indiquer qu’il était prêt à recourir à une tactique législative controversée, dite de «réconciliation», qui permettrait de passer outre la minorité de blocage dont disposent les républicains au Sénat.

Le président américain s’exprimera la semaine prochaine sur la façon de faire avancer le dossier, a annoncé son porte-parole vendredi.