Au Brésil, un crustacé est sur tous les écrans. Les publications sur les réseaux sociaux mettant en scène des crevettes se multiplient effectivement ces derniers jours. La raison? L’hospitalisation dimanche soir en urgence à São Paulo de Jair Bolsonaro.

Le président brésilien de 66 ans souffre d’une occlusion intestinale, soit un blocage partiel ou complet de l'intestin grêle qui s’est déclenché après qu'il a mangé des crevettes. L’une d’elles, insuffisamment mastiquée, l’a conduit à l’hôpital pendant deux jours. Depuis son agression au couteau en 2018, alors qu’il était favori au premier tour de la présidentielle, le président d'extrême-droite souffre de complications intestinales et il s'agit ici de sa septième hospitalisation.

«Sois un héros»

Depuis ces explications devant la presse ce mercredi 5 janvier par Antonio Luiz Macedo, le chirurgien de Jair Bolsonaro, ses opposants politiques se sont trouvé un nouvel étendard: la crevette. Et ils ne cessent de la brandir, à toutes les sauces. D’autant plus que les jeux de mots sont légion, «camarão» signifiant à la fois «crevette» et «camarade.»

Ainsi, le crustacé se retrouve détourné dans nombre de montages photos, mis en scène dans des dessins humoristiques, ou encore représenté dans des affiches d’époques.

Lire aussi:  Jair Bolsonaro hospitalisé en urgence

Le média satirique Sensacionalista a par exemple parodié une célèbre affiche des années 70 en remplaçant son slogan «Sois un marginal, sois un héros» par «Sois une crevette, soit un héros.»

Le journaliste du média de gauche Brasil24/7, Aquiles Lins, a de son côté partagé une image sur laquelle une crevette s’apprête à mener une révolution.

La crevette se retrouve également à l’honneur dans des logos antifascistes, car comme le dit le site d’information brésilien Poder360, dans un article repéré par Courrier International, «de nombreuses personnes affirment que la crevette ingérée par Bolsonaro était antifasciste».

Dans des publications, son corps arqué croise par exemple un marteau, en lieu et place de la célèbre faucille du symbole communiste. Elle est alors qualifiée de «camarão comunista», «camarade communiste».

Le poulpe

Les calembours ne s’arrêtent pas là. Le principal opposant à Jair Bolsonaro – pour l'heure soutenu par 20% de la population brésilienne selon les sondages – aux prochaines élections présidentielles d’octobre 2022 est l’ex-président Luiz Inacio Lula da Silva. Et comme le note la sociologue et maîtresse de conférence associée à l’Université Paris-Saclay, Barbara Serrano sur Twitter: Lula signifie «poulpe» en portugais.

Les images représentants le crustacé se confronter au céphalopode se multiplient donc. Le Sensacionalista a ainsi partagé sur Instagram cette fausse citation d’un expert: «Si une crevette a provoqué l’hospitalisation de Bolsonaro, imaginez ce que ferait un poulpe.»

Le phénomène a pris une telle ampleur qu’un hashtag gagne en visibilité sur Twitter: #CamaraoAntiFascista (#CamaradeAntifascite en français). Grâce à celui-ci, la date du 5 janvier a été choisie – par ses utilisateurs – pour devenir la journée nationale de la crevette antifaciste. Une forte occupation de l’espace public virtuel inattendue.

Lire également: Les mesures insuffisantes des réseaux sociaux pour lutter contre la désinformation médicale

Le peuple brésilien a déjà vu son chef d’Etat, adepte des réseaux sociaux, se rendre à l’hôpital à plusieurs reprises. A chaque fois, Jair Bolsonoro aime se mettre en scène et est photographié dans son lit, en pyjama, levant le pouce.

«La photo est immédiatement reprise sur les réseaux sociaux de ses fils, ministres et partisans, accompagnée de prières pour son rétablissement, constate un article du Monde. On rappelle à chaque fois […] le "sacrifice du président" qui a failli perdre sa vie pour gouverner le pays.»

Cette fois-ci c’est l’aliment de la discorde qui est la vedette d’Internet.