La herse est tombée lundi. Un tribunal de Moscou a suspendu toutes les activités du «QG de Navalny» (bras politique) et de FBK («Fonds de lutte contre la corruption») en attendant que la justice russe tranche sur l’accusation «d’extrémisme» proférée il y a deux semaines par le parquet général. La décision du tribunal de Moscou interdit au QG de Navalny ainsi qu’à l’opposant – emprisonné depuis la fin janvier et qui a mis un terme vendredi à une grève de la faim de 24 jours – de publier quoi que ce soit, y compris sur les réseaux sociaux, d’organiser des rassemblements et de participer aux élections. Ces deux dernières activités étaient depuis plus de deux ans systématiquement interdites par les autorités russes sous divers prétextes. La délibération du tribunal lundi s’étant déroulée à huis clos, on ignore sur quoi la justice russe se base pour motiver cette décision.

Lire aussi: L’opposant russe Alexeï Navalny annonce la fin de sa grève de la faim après vingt-quatre jours