Les six otages au Yémen, cinq Allemands et un Britannique, sont en vie et aux mains de la rébellion chiite, a-t-on appris lundi de source tribale proche de la rébellion. «Ils ont été retrouvés vivants et remis au chef militaire (de la rébellion), Abdallah al-Rizani, et sont actuellement dans la région de Ruzmat», dans la province de Saada, fief de la rébellion, a déclaré à l’AFP la même source, qui a requis l’anonymat. Un haut responsable des services de la sécurité yéménite a confirmé. Selon lui, «les rebelles refusent de remettre les otages et leurs ravisseurs».

Le 14 juin, Sanaa avait fait état du rapt de sept Allemands (trois enfants âgées de 2 à 4 ans, un couple et deux infirmières), et d’un Britannique et une Sud-Coréenne, dans une zone montagneuse de la province de Saada. Le lendemain, le Yémen a confirmé la mort de deux Allemandes et de la Sud-Coréenne, dont les corps ont été retrouvés dans la région de Noshur, dans la province de Saada. Un responsable avait ensuite déclaré que 7 corps avaient été retrouvés. Les enlèvements n’ont jamais été revendiqués, et Sanaa avait accusé la rébellion chiite, conduite par l’ancien député Abdel Malek al-Houti, qui avait rejeté toute responsabilité.

Samedi, le ministre yéménite de l’Intérieur, Motahar al-Masri, avait indiqué que son gouvernement ne perdait pas l’espoir de retrouver en vie les six otages. Leur groupe faisait partie d’une organisation internationale travaillant dans un hôpital de Saada.

Un conflit ouvert ayant fait des milliers de morts oppose la rébellion chiite aux forces gouvernementales depuis 2004 dans la région de Saada. Les enlèvements sont assez fréquents au Yemen mais se sont pour la plupart terminés par des libérations jusqu’ici.