L’OTAN déroule le tapis rouge à la Finlande et à la Suède, qui ont déposé leur candidature la semaine dernière, enterrant définitivement leur neutralité. Mais la procédure d’adhésion des deux pays nordiques est encore semée d’embûches. Tous les 30 membres de l’alliance doivent y consentir. La Turquie s’y oppose encore, car elle accuse les deux pays candidats d’héberger des activistes kurdes qualifiés de «terroristes». Jeudi lors d’un entretien, le président Emmanuel Macron a appelé Recep Tayyip Erdogan à «respecter le choix souverain» des deux candidats.