Minimisée sur Rete 4, l'une des trois chaînes de Berlusconi, l'attaque du président du Conseil contre l'eurodéputé Martin Schulz traité de «kapo» a été fortement gommée sur Rai Uno, la principale télévision publique. Bien que survenu mercredi à 12 h 55, le dérapage verbal du numéro un italien n'a pas même pas été mentionné dans l'édition du journal télévisé diffusé à 13 h 30. «C'est grotesque», a tonné l'opposition de gauche, d'autant qu'au cours du journal de 20 h, les propos du Cavaliere n'ont pas été retransmis au cours du reportage concernant la polémique. «Oter un élément aussi important du compte rendu de la journée à Strasbourg constitue le cas typique d'une information incomplète et incorrecte», s'est indigné le président (démocrate de gauche) de la Commission parlementaire de vigilance sur l'audiovisuel public, Claudio Petruccioli, qui a décidé de convoquer la semaine prochaine les directeurs des journaux d'information de la Rai. L'opposition réclame déjà la démission de Clemente Mimum, le responsable de Rai Uno, rappelant que quatre conseillers d'administration (sur cinq) de l'audiovisuel public sont proches de l'actuelle majorité.