Les Etats-Unis ont annoncé jeudi qu'ils refuseraient des visas à trois hauts responsables chinois accusés d'avoir orchestré la répression contre des musulmans ouïgours dans la région du Xinjiang. En réaction, Pékin a décidé de sanctionner trois parlementaires républicains parmi les plus critiques du régime chinois, a annoncé devant la presse la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying.

Lire aussi: Un opposant ouïgour va interpeller la Suisse

Il s'agit des sénateurs Marco Rubio et Ted Cruz, ancien candidat aux primaires présidentielles, et du représentant Chris Smith.

En outre, le responsable du département d'Etat chargé de la liberté religieuse, Sam Brownback, qui a le titre d'ambassadeur, est sanctionné par Pékin, a précisé Hua Chunying. La porte-parole n'a pas spécifié explicitement en quoi consistaient ces sanctions.

Le ministère des Affaires étrangères avait toutefois évoqué la semaine dernière des «mesures de réciprocité», laissant entendre que Pékin refusera désormais toute demande éventuelle de visa émanant des quatre responsables américains cités.

«Nous appelons les Etats-Unis à retirer immédiatement leur mauvaise décision et à cesser toute parole et action qui constitue une ingérence dans les affaires de la Chine et nuit aux intérêts chinois», a déclaré Hua Chunying.

Pékin accusé d'interner des millions de Ouïgours

Washington, ainsi que des experts et des organisations de défense des droits de l'homme, accusent Pékin d'avoir fait interner jusqu'à un million de musulmans, principalement d'ethnie ouïgoure, dans des camps du Xinjiang au nom de la lutte antiterroriste.

La Chine dément ce chiffre et affirme que ces personnes sont emmenées dans des centres de formation professionnelle, destinés à les aider à trouver un emploi afin de les éloigner de la tentation de l'extrémisme.

Washington a infligé jeudi des sanctions inédites à l'encontre de plusieurs dirigeants chinois, dont Chen Quanguo, principal responsable du Parti communiste chinois (PCC) au Xinjiang. Il est considéré comme l'architecte de la politique sécuritaire de Pékin dans la région depuis août 2016.