ISRAËL

Des ouvriers chinois pour accélérer les mises en chantier dans l’Etat hébreu

Une méthode chinoise pour construire rapidement des immeubles intéresse Elie Cohen et Moshé Kahlon, respectivement ministres de l’Economie et des Finances

Dans le grand maelström du Proche-Orient, une information est passée complètement inaperçue à la fin de la semaine dernière: la rencontre entre le ministre israélien de l’Economie Elie Cohen et une importante délégation chinoise dirigée par l’entrepreneur en construction Zhang Yu. Banal? Sauf que la société de cet homme d’affaires s’est fait connaître en bâtissant en Chine un immeuble de 57 étages en dix-neuf jours. Une prouesse facilitée par le fait que les travaux se poursuivaient jour et nuit, et que les ouvriers employés sur le chantier travaillaient comme des esclaves lorsqu’ils ne campaient pas sur place.

Manifestement, la méthode stakhanoviste développée par Zhang Yu plaît beaucoup au ministre Cohen ainsi qu’à son homologue des Finances Moshé Kahlon. D’autant que ce dernier et son parti de centre droit «Koulanou» (Ensemble) ont fait de la baisse du prix du logement leur argument central de communication politique.

Depuis son entrée en fonction en 2015, le grand argentier de l’Etat hébreu a d’ailleurs multiplié les plans visant à accélérer les mises en chantier censées ralentir la surchauffe du secteur mais rien n’y fait: en raison de l’énorme demande, le prix des logements neufs continue d’augmenter de 8 à 20% par an selon les régions de l’Etat hébreu. Au point que dans certaines villes fort demandées comme Tel-Aviv, le prix d’un deux-pièces a doublé depuis 2008.

Pratique et main-d’œuvre chinoises

De là est né le projet d’importer la pratique chinoise en Israël. La pratique mais également la main-d’œuvre puisque des centaines de spécialistes chinois vont, dans les prochaines semaines, s’installer temporairement dans l’Etat hébreu pour y inculquer leur discipline de fer aux architectes, aux ingénieurs, et aux techniciens locaux.

Entre outre, Jérusalem et Pékin ont signé la semaine dernière un accord prévoyant que six mille ouvriers de l’Empire du milieu – des anciens soldats de l’Armée populaire en pleine forme physique – viendront construire à tour de bras dans toutes les régions de l’Etat hébreu.

Selon les prévisions israéliennes, ils feront sortir de terre environ dix mille appartements par an et si la méthode fonctionne, quatorze mille autres ouvriers chinois seront appelés à rejoindre leurs collègues déjà installés.

Aux yeux des dirigeants de l’Etat hébreu, ces travailleurs sont beaucoup plus intéressants que les Palestiniens des territoires occupés. Parce qu’ils coûtent moins cher? Sans doute. Mais ils sont également plus malléables. Et surtout, ils ne présentent aucun risque sécuritaire, ce qui est déterminant pour les responsables israéliens obnubilés par les risques d’attentat.

Publicité