D’abord la provocation qui fait le buzz. Puis le sondage qui semble accréditer sa stratégie. Après avoir, mercredi, dans le quotidien populaire Le Parisien, annoncé son intention «d’emmerder» les non-vaccinés, qualifiés «d’irresponsables» qui ne «sont plus des citoyens», Emmanuel Macron a de quoi être rassuré, à quelques semaines de sa déclaration de candidature attendue fin janvier-début février. Publié hier, mais réalisé avant sa déclaration fracassante, un sondage de l’institut IFOP pour LCI donne à nouveau le président français vainqueur du premier tour le 10 avril, avec 25% des voix, soit un peu plus que son score de 2017 (24,01%). De quoi l’inciter à continuer de «choisir le clivage», pour reprendre le titre du Monde selon lequel le locataire de l’Elysée «veut faire de son combat sans merci contre les non-vaccinés un argument de campagne» au moment où la propagation du variant Omicron explose, avec 335 000 contaminations en vingt-quatre heures…