Le pape François a entendu parler de la Bulgarie pour la première fois quand sa grand-mère l’a obligé à manger un bol de yaourt riche de cette bactérie aux bienfaits uniques pour la santé, la lactobacillus bulgaricus. A son arrivée dimanche à Sofia, ses hôtes n’ont pas manqué de lui en offrir un échantillon pour qu’il puisse, une fois chez lui, faire fermenter son propre yaourt. C’est ce qu’a expliqué, entre autres choses, le premier ministre Boïko Borissov particulièrement ravi d’accueillir le chef de l’Eglise catholique. « Aujourd’hui, le monde entier aura les yeux braqués sur nous », a-t-il poursuivi en référence à la messe que le chef du Vatican allait prononcer depuis l’esplanade de la cathédrale Saint-Alexandre Nevski de la capitale bulgare, retransmise dans le monde entier.

Lire aussi: Le pape en Bulgarie, un voyage semé d’embûches