Des policiers ont tiré, dimanche à Paris, sur un véhicule qui a tenté de les percuter, tuant deux occupants du véhicule et en blessant un troisième, a appris l’AFP de source policière, le soir de l’élection présidentielle française.

Ces événements se sont produits sur le Pont-Neuf, dans le centre de la capitale française, le soir de la réélection d’Emmanuel Macron à la présidence. Quelques heures avant l’incident, environ 2000 partisans du président réélu avaient fêté sa victoire sur le Champ de Mars, situé à environ deux kilomètres de là.

A ce sujet: Résultats de la présidentielle française: Emmanuel Macron réélu avec plus de 58% des voix

D’après les premiers éléments recueillis, selon cette même source policière, le véhicule circulait à contresens quand les policiers ont voulu le contrôler. Il aurait alors foncé sur les agents qui ont fait usage de leur arme, a-t-on ajouté.

Un important dispositif policier était en place et des agents s’affairaient notamment autour d’un corps à terre, recouvert d’un drap blanc, à la lumière des lampadaires.

L’instance de contrôle de la police saisie

Un touriste égyptien, disant s’appeler El Sammak, a relaté sur place à l’AFP qu’il se trouvait en terrasse à l’hôtel du Cheval blanc avec vue sur la Seine, située en haut du grand magasin de la Samaritaine, quand les faits se sont produits: «J’ai entendu (tirer) quatre balles. Quand j’ai regardé, j’ai vu un homme courir dix à quinze mètres. Puis il s’est écroulé. Apparemment il n’était pas le conducteur, c’était un passager.»

Maxime Guedon, 24 ans, étudiant, sortait lui du restaurant avec une amie quand il a entendu des coups de feu. «On était parti dehors faire une petite balade. Ensuite, on a entendu des coups de feu. On a pensé que c’était des pétards. En fait il s’avère que c’était plus grave que ça», a-t-il raconté.

La procureure de Paris, Laure Beccuau, est arrivée vers 1H30 sur place, a constaté un journaliste de l’AFP. L’instance de contrôle de la police a été saisie, comme c’est le cas systématiquement dès qu’un policier fait usage de son arme, et une enquête pour «tentative d’homicide volontaire sur personnes dépositaires de l’autorité publique» a été ouverte.