International

Le Paris Peace Forum au chevet du multilatéralisme les 12 et 13 novembre

La seconde édition du Forum de Paris sur la paix ouvre ce 11 novembre. Objectif: défendre le multilatéralisme et le travail des organisations humanitaires sur le terrain. En lien avec la Genève internationale…

Il faudra toute l’énergie et la force de conviction d’Antonio Guterres et d’Emmanuel Macron pour assurer le succès de la seconde édition du Forum de Paris sur la paix, les 12 et 13 novembre. Le secrétaire général des Nations unies y interviendra ce lundi soir 11 novembre. Le président français inaugurera officiellement ce rendez-vous mardi 12 novembre, sous la Grande Halle de la Villette. Clin d’œil de l’organisation: aux côtés de son directeur Justin Vaïsse, l’une des chevilles ouvrières de cet événement est un diplomate français avec de fortes racines genevoises, Marc Reverdin. Tous deux sont aux manettes d’un rendez-vous prisé des organisations internationales, dont le lancement avait été facilité, en 2018, par le centième anniversaire de l’armistice qui mit fin à la Première Guerre mondiale. Avec pour objectif d’en faire un événement pérenne, consacré à l’examen de la défense des biens communs, de la protection de l’environnement aux grandes questions sociétales comme les migrations.

Deux nouveaux thèmes prioritaires: la culture et l’éducation à la paix

La difficulté est évidemment conjoncturelle. Comment faire exister un rendez-vous annuel consacré à la paix à Paris, dans la foulée de la Geneva Peace Week, qui s’est tenue la semaine dernière sur les bords du lac Léman? Un axe prioritaire est d’abord de ne pas se faire concurrence. Le Paris Peace Forum est donc centré autour de projets, sélectionnés et présentés lors des deux jours de sommet, présidé par un autre fin connaisseur de l’écosystème multilatéral genevois: l’ancien patron de l’Organisation mondiale du commerce Pascal Lamy. Sept cents projets ont été adressés en provenance de 115 pays. Cent vingt seront présentés à Paris. Dix seront sélectionnés et feront ensuite l’objet d’un suivi particulier. Fait nouveau: la culture et l’éducation à la paix ont été introduites parmi les thèmes prioritaires du forum, dont la tenue précède d’une journée les débats, le 14 novembre à l’Unesco (l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture), sur la composition du prochain comité exécutif pour lequel la Suisse s’est portée candidate.