Vendredi soir, Paris a été agité par au moins six fusillades et une attaque, au Stade de France, qui ont causé 120 morts. Voici la chronique de ces drames, tels que l'on peut en rendre compte.

■ 01h40: Un dernier point

Les attaques de ce vendredi à Paris auraient tué une centaine de personnes. Vendredi soir, François Hollande a décrété l'état d'urgence sur la France. Paris a été attaqué à plusieurs reprises, y compris des agressions à l'égard du Stade de France.

■ 01h20: Une «centaine» de morts dans les attaques sur Paris?

Des sources laissent entendre qu'il y aurait «une centaine» de morts dans les attaques sur Paris. Au Bataclan, après l'assaut de la police, cette salle de spectacle a été mise sous pression.

■ 01h00: La compassion de Barack Obama

Le président américain a dit a solidarité après les événements de Paris.

■ 00h55: Deux «terroristes» tués au Bataclan

Des témoins et journalistes font état de la mort de deux «terroristes» qui avaient attaqué la salle de spectacle du Bataclan. Certains parlent de «scènes d'horreur», sans que cette désignation puisse être prouvée à cette heure.

■ 00h45: Assaut sur le Bataclan

Des agents de la BRI, brigade supposée de choc, sont en train de prendre d'assaut la salle de spectacle du Bataclan, indiquent les télévisions. Certains parlent de «plusieurs coups de feu».

■ 00h30: «Bruits sourds» vers le Bataclan, intervention en cours

Un journaliste fait état de «bruits sourds» autour de la salle de spectacle du Bataclan. Il semble établi qu'une prise d'otage a lieu dans cette salle. Une intervention commencerait à l'instant.

■ 00h20: Ce qu'a dit François Hollande

Voici l'intervention du président français François Hollande, qui a décrété, fait rare en France, l'état d’urgence dans le pays.

■ 00h11: Qu'est-ce que «l'état d'urgence»?

L'Universalis permet de mieux comprendre le cas de «l'état d'urgence» décrété par François Hollande, une situation jamais vécue en France depuis la guerre d'Algérie. L'état d'urgence «accorde des pouvoirs particuliers aux préfets dont le département est couvert par la déclaration d'urgence: interdiction de circulation des personnes et des véhicules; institution de zones de sécurité à l'intérieur desquelles le séjour de certaines personnes peut être réglementé; interdiction de séjour. Aussi de nouveaux pouvoirs sont-ils donnés au ministre de l'Intérieur: assignation à résidence de toute personne dont l'activité se révèle dangereuse pour la sécurité et l'ordre publics des circonscriptions territoriales où s'applique l'état d'urgence; fermeture de salles de spectacle et de tous les lieux de réunion.»

■ 00h00: Une carte des attaques

Voici une représentation des lieux des attaques qui ont eu lieu ce soir à Paris.

■ 23h53: François Hollande décrète l'état d'urgence

Le président français décrète «l'état d'urgence» sur «l'ensemble du territoire». Il déplore «une terrible épreuve qui nous assaille».

■ 23h50: Mot d'ordre des autorités

La Ville de Paris puis la préfecture recommandent aux Parisiens de ne pas sortir de chez eux.

■ 23h40: plan «rouge» déclenché

Les autorités françaises ont déclenché le «plan rouge». Rappelons que ce terme désigne le fait de «secourir un nombre important de victimes dans un même lieu, et organiser les moyens de premiers soins par rapport à cette concentration des victimes».

■ 23h35: 60 morts?

Des médias citent des sources policières faisant état d'un total de près de 60 morts, dans les multiples attaques qui ont eu lieu ce vendredi soir à Paris. Au moins deux fusillades majeures ont eu lieu, et des explosions sont survenues au Stade de France.

■ 23h24: Le Stade de France est évacué

Les spectateurs qui ont assisté au match amical France-Allemagne (2-0) au Stade de France ont été invités à quitter l'enceinte par trois portes (nord, sud et ouest), selon des annonces du speaker et sur les écrans géants, relate l'AFP. Plusieurs milliers de spectateurs ont trouvé refuge sur la pelouse et s'y trouvaient toujours à 23h10, dans le calme.

■ 23h20: Non loin du boulevard Voltaire...

A deux pas de la place de la Nation, rue de Montreuil, six cars de pompiers sont stationnés. Des policiers sont dans une forte tension, armes brandies. Ces événements ont lieu à deux pas du boulevard Voltaire, là où s'est déroulée la manifestation du 11 janvier, après les attentats contre «Charlie Hebdo».

■ 23h18: Place de la République: tension extrême

Un journaliste de BFMTV raconte la réponse d'un policier à sa demande de passer des barrières de sécurité: «Si vous voulez vous faire tuer, allez-y.» La place est entièrement bouclée par les forces de l'ordre.

■ 23h08: François Hollande était au Stade de France

Le chef de l'Etat français a quitté précipitamment le Stade de France, où il assistait à un match de football entre la France et l'Allemagne. Il s'est rendu au Ministère de l'intérieur pour une séance de crise.

■ 23h05: Trois attaques?

La police parle de trois attaques et d'explosions au Stade de France.

■ 22h58. Des policiers pointant leurs armes

Devant le Cirque d'hiver, une dizaine de policiers sont à terre, armes en main, certains planqués derrière leurs voitures, indique un témoin. Cela laisse penser que la traque à des gens en cavale est en cours.

■ 22h50. Plusieurs attaques confirmées

La police française a confirmé que plusieurs fusillades ont eu lieu dans la ville ce vendredi soir. Les médias font état de 18 victimes. Des explosions auraient eu lieu au Stade de France. Des cordons de sécurité ont été mis en place dans les Xe et XIe arrondissements.

Dans le Xe, rue Marie et Louise, une dizaine de camions de pompiers encerclent un restaurant cambodgien, lieu de l'une des fusillades. Le déploiement de civières laisse penser qu'il y a plusieurs victimes, indique un témoin au «Temps».

BFMTV et quelques autres médias évoquent une prise d'otages dans la salle de spectacle du Bataclan.

Au Stade de France, un match a été interrompu. Les spectateurs sont évacués en ce moment. Les témoins cités par les médias français parlent de deux ou trois explosions. Une bonbonne de gaz avec des clous aurait été retrouvée aux alentours du stade. C'est le mode opératoire des attentats de 1995 dans le métro à Paris. C'est aussi ce qui avait été utilisé lors de l'attentat contre le marathon de Boston

Depuis deux semaines, les autorités sécuritaires françaises laissaient percevoir leur inquiétude quant à la possibilité d'actes de violence dans la capitale. La tenue de la conférence mondiale sur le climat, dès la fin novembre, a augmenté les risques. Depuis ce samedi, les contrôles aux frontières ont été rétablis.