RÉCIT SAMEDI

A Paris, les tracteurs de la colère

Comment peut-on encore aujourd’hui être agriculteur en France? Mercredi à Paris, des centaines de tracteurs conduits par des paysans en colère ont donné un aperçu de la colère qui agite les campagnes de l’Hexagone. Rencontre avec ces travailleurs de la terre, persuadés d'être les «oubliés» de la République

La terre, sel de la République: au pied du moulin de Valmy, là où des milliers de paysans français transformés à la hâte en soldats révolutionnaires stoppèrent, le 20 septembre 1792, l’avancée des Prussiens et des émigrés royalistes résolus à reconquérir Paris, plusieurs centaines de tonnes de betteraves fraîchement récoltées attendent d’être embarquées vers la coopérative sucrière de Sillery, à la périphérie de Reims.

Souffrance sourde

A moins d’un kilomètre de l’ancien champ de bataille aujourd’hui détrempé par le crachin de novembre et retourné par d’imposants tracteurs, la commune de Valmy sommeille sous la statue de Kellermann, le général héros de ce premier triomphe républicain. La salle de «La victoire», l’agréable restaurant du lieu tenu par un jeune couple franco-grec, est quasi déserte. Sur les étagères, les produits locaux du terroir attendent en vain les touristes.