Les députés britanniques ont infligé mardi une nouvelle défaite au Premier ministre Boris Johnson. Ils ont à nouveau refusé de déclencher des législatives anticipées, avant une suspension du Parlement jusqu’au 14 octobre, deux semaines avant la date prévue du Brexit. Avec seulement 293 voix pour, loin des deux tiers des sièges requis pour déclencher des élections générales, les députés ont empêché les électeurs d’être appelés aux urnes le 15 octobre.

Avant le vote, le chef de gouvernement a assuré qu’il ne demanderait «pas un nouveau report» du Brexit, prévu le 31 octobre, en dépit d’une loi votée en ce sens par le Parlement. Elle est entrée en vigueur lundi après l’assentiment de la reine Elizabeth II.

Recours en justice, démission ou autre, Boris Johnson n’a pas expliqué comment il compte s’y prendre. «Si vous voulez un délai, alors votez pour des élections générales!», a-t-il lancé au leader de l’opposition Jeremy Corbyn qui, selon lui, craint d’être défait dans les urnes. Celui-ci a rétorqué qu’il voulait une élection, mais se refuse à «risquer le désastre» d’une sortie de l’UE sans accord.

Lire encore: Le 31 octobre, une date butoir version Macron

Avant tout scrutin, l’opposition veut s’assurer que la perspective d’un «no deal» est écartée et que le Brexit sera repoussé de trois mois, comme le Parlement l’a voté la semaine dernière. Ce texte oblige le Premier ministre à demander ce report à l’UE s’il n’obtient pas d’accord de sortie d’ici au 19 octobre, juste après un sommet européen.

Une suspension du Parlement ni «classique», ni «normale»

Les camouflets se sont succédé depuis une semaine pour Boris Johnson. Lundi en début de soirée encore, la Chambre des communes a adopté un texte pour contraindre le gouvernement à publier des documents confidentiels sur l’impact d’un Brexit sans accord, que l’exécutif est soupçonné d’avoir minimisé.

La séance de lundi à la Chambre des communes était la dernière avant la suspension très controversée du Parlement pendant cinq semaines décidée par Boris Johnson.

Lors du cérémonial codifié marquant la suspension du Parlement, dans une ambiance électrique et au milieu des chants et protestations acrimonieuses de l’opposition, le président de la Chambre des communes John Bercow a souligné que cette «prorogation», «la plus longue depuis des décennies», n’était ni «classique», ni «normale».

Après dix ans passés dans le fauteuil de «speaker», John Bercow a annoncé dans l’après-midi qu’il démissionnerait le 31 octobre. Accusé ces derniers mois par les partisans d’un Brexit dur d’avoir outrepassé les règlements parlementaires à leur détriment, il a, les yeux embués, salué le sens de «l’intérêt national» des membres de la Chambre.

A la recherche d’un accord sur la frontière en Irlande

La suspension du Parlement, dénoncée par John Bercow comme un «scandale constitutionnel», a suscité une vague d’indignation au Royaume-Uni, où ses opposants soupçonnent Boris Johnson d’avoir manœuvré pour empêcher les députés de débattre du Brexit et précipiter le pays vers un divorce sans accord avec l’Union européenne.

Boris Johnson a assuré lundi encore vouloir un accord, mais Bruxelles et Londres ne parviennent pas à s’entendre sur la manière de maintenir ouverte la frontière en Irlande après le Brexit. «Un terrain d’entente a été trouvé dans certains domaines mais des divergences significatives demeurent», selon un communiqué commun publié à l’issue d’une rencontre de Boris Johnson avec le Premier ministre irlandais Leo Varadkar à Dublin.

Lire aussi: Boris Johnson dans l’impasse irlandaise

Selon Leo Varadkar, Londres n’a encore soumis aucune proposition alternative «réaliste» au «filet de sécurité» («backstop») en Irlande, que Boris Johnson souhaite supprimer de l’accord de retrait négocié par sa prédécesseure Theresa May.

Cette disposition vise à empêcher le retour à une frontière physique entre l’Irlande du Nord, une province britannique, et la République d’Irlande, un Etat membre de l’Union européenne. Elle prévoit que, faute de meilleure solution à l’issue d’une période transitoire, le Royaume-Uni tout entier reste dans un «territoire douanier unique» avec l’UE, ce qui l’empêcherait de suivre une politique commerciale indépendante.