Sécurité

«Parler sans cesse de la menace terroriste est obscène»

L’écrivain Gérard Chaliand, spécialiste des conflits, était ce week-end l’un des invités du festival Etonnants voyageurs à Saint-Malo. Il dit au Temps l’importance de repenser la guerre à l’heure de l’Etat islamique

Un titre qui résume tout. Dans «Pourquoi perd-on la guerre?» (Ed. Odile Jacob), Gérard Chaliand s’interroge sur le changement complet de paradigme à l’heure de la menace terroriste et du conflit syrien. Hier, à l’heure de l’expansion coloniale, les pays occidentaux gagnaient sans faille les conflits lointains, menés par des troupes pourtant inférieures en nombre. Aujourd’hui, c’est l’inverse qui se produit au vu des défaites essuyées en Irak ou en Afghanistan. Repenser la guerre et la manière de la faire est donc indispensable, explique cet expert qui a passé sa vie sur les fronts d’une planète déchirée. Rencontre à Saint-Malo, lors de la 27e édition du festival Etonnants Voyageurs.

Le Temps: Selon vous, l’occident ne sait plus faire la guerre. Parce qu’il a perdu la volonté de gagner militairement, ou parce qu’il n’a plus les moyens de ses ambitions?

Gérard Chaliand: On perd d’abord la guerre parce qu’on ne veut pas penser à l’après et se donner les moyens de conquérir la paix difficile, précaire, qui suit les hostilités. Le processus de colonisation respectait des règles bien établies: un conflit pour conquérir, puis la mise en œuvre d’une administration coloniale pour pacifier, gérer, développer et bien sûr réprimer et museler les résistances locales. Tout cela, appuyé sur une fine connaissance des mœurs des populations asservies, et du fonctionnement de leurs élites tribales et politiques. Les colonisés ne connaissaient pas les colonisateurs. Ils les découvraient au son du canon, sur le champ de bataille. Aujourd’hui, c’est l’inverse qui se produit: les djihadistes de l’Etat islamique (EI), dont une partie vient de nos pays occidentaux, nous connaissent par cœur. Ils utilisent nos médias. Ils profitent de nos failles politiques, sociales, psychologiques. Alors qu’en face, les plus puissantes armées du monde, les nôtres, sont obsédées par un règlement rapide des conflits, grâce à la technologie qui s’avère bien souvent un leurre.

– Gagner la guerre, c’est aussi, surtout, choisir ou pas de s’engager dans un conflit…

– C’est l’autre aspect de la donne infernale actuelle. Il y a des guerres qu’il ne faut pas faire, et la seconde guerre d’Irak répond exactement à ce profil. L’administration américaine a cru, faussement, pouvoir remodeler le Moyen-Orient en déboulonnant Saddam Hussein. Résultat: les Occidentaux ont perdu la guerre en Afghanistan, qui est aussitôt devenue le dommage collatéral majeur du conflit irakien. L’Afghanistan était gagnable, à condition que le Pakistan et ses services secrets ne restent pas le sanctuaire des Talibans. Il fallait pour cela occuper le terrain, être très présents et développer le pays, alors que l’armée américaine a, dès 2003, fait basculer son principal effort vers Bagdad. Idem pour la Libye: on s’en rend compte maintenant à la lumière du chaos qui prévaut dans ce pays. La vérité est que Kadhafi, aussi fou soit-il, ne nous dérangeait pas. Mal choisir sa guerre, c’est déjà risquer de la perdre.

– Il y a quand même des contre-exemples de guerres gagnées: celle menée par la France au Mali contre la rébellion islamiste en est un…

– Le cas du Mali confirme ce que j’écris dans «Pourquoi perd-on la guerre?». Là-bas au moins, parce qu’il s’agit du pré-carré africain de la France, l’accompagnement postconflit a été pensé et intégré dès le départ dans l’intervention militaire. Il faut aussi bien comprendre que les islamistes, dans le Nord-Mali, opèrent dans des zones sous-peuplées. Ils n’ont pas de base de masse. Il leur est, dès lors, beaucoup plus difficile de résister à la technologie militaire déployée par l’armée française. Un conflit, c’est d’abord la compréhension, l’intelligence du terrain et de la géographie. C’est pour cela que j’ai toujours nuancé les affirmations sur la soi-disant puissance de l’Etat islamique en Syrie et en Irak. Regardez la géographie: depuis leur moment idéal de l’été 2014, qui a suivi la prise de Mossoul, les islamistes ne cessent de prendre des coups. Leur «capitale», Raqqa, n’est pas dans la Syrie utile. Leur force principale réside dans l’attentisme des six millions de sunnites irakiens qui, à l’évidence, ne veulent pas combattre parce qu’ils n’ont aucune confiance dans les autorités de Bagdad soutenues par la communauté internationale.

– Le prix du réalisme, est-ce d’accepter que Bachar el-Assad demeure au pouvoir en Syrie?

– J’enseigne depuis des années à l’université d’Erbil, au Kurdistan. Je connais très bien les dirigeants kurdes, soutenus par les Etats-Unis et la Russie contre l’Etat islamique, qu'ils combattent contre la promesse du respect futur de leur autonomie. Sur le terrain, la donne est claire: Washington, Moscou et Téhéran ne veulent pas voir les islamistes à Damas et qu’on le veuille ou non, Bachar el-Assad fait partie de l’équation. Je ne vois pas, à l’heure actuelle, comment il est possible d’obtenir la victoire contre l’EI sans travailler avec lui. Il doit rester jusqu'à ce qu'une solution moins mauvaise puisse être trouvée.

– Vous êtes très sévère sur les médias occidentaux, et la façon dont ils fragilisent la résilience de l’opinion publique, indispensable pour gagner cette «guerre contre le terrorisme»…

– Nous ne sommes pas en guerre contre le terrorisme. Je suis catégorique: c’est non. Je m'oppose en cela vertement au tam-tam médiatique lié au fait que nous demeurons avant tout une société du spectacle. Une guerre, ce sont des opérations militaires quotidiennes, un choc d’armées, une menace de tous les jours. Cette guerre-là se déroule en Syrie et en Irak. La France, comme les autres pays occidentaux, doit juste en subir les dommages collatéraux et cela ne justifie pas, comme le font les médias, et en particulier les chaînes d’information permanente, de déstabiliser les esprits. Il n’y a eu aucun attentat sur le sol français entre 1996 et 2011. Il faut le rappeler. Parler sans cesse de la menace terroriste est obscène. Je le répète: il n’y a aucune raison de déstabiliser les esprits à ce point-là. Nous avons, en France, une chance sur un million de périr dans un attentat comme ce fut tragiquement le cas le 13 novembre 2015. C'est une vérité dure à accepter pour ceux qui ont perdu les leurs, ou pour les victimes blessées et rescapées, mais c'est la réalité.

– Les médias portent donc en partie la responsabilité de ces guerres devenues "ingagnables" ?

– Je pose ici la question du vocabulaire employé, des méthodes et du vécu lorsque survient un réel conflit. La guerre, c'est la censure de l'image, c'est l'obligation de ne pas déstabiliser l'opinion, c'est un contrôle de l'information qui se met en place. Il est évident que nous n'en sommes pas là. Alors cessons d'employer ce mot qui perturbe tout le monde et nous place sur la défensive.

– Quid des migrants utilisés par certains comme une arme de guerre, pour infiltrer des terroristes en Europe?

– Cette question des migrants est avant tout géopolitique. Et c’est la Chancelière allemande Angela Merkel qui avait raison: l’Europe devait les accueillir, les trier, et se donner les moyens pour faire face à cette réalité. Elle n’a malheureusement pas obtenu le soutien de ses pairs européens, et on connaît le résultat: on a tout cédé à la Turquie pour qu’elle garde ses réfugiés alors que le président turc Erdogan est, à mes yeux, bien plus dangereux pour le continent européen que Vladimir Poutine. Erdogan est un mégalomane animé d’un projet politico-religieux qu’il cherche à imposer à tout prix. Vladimir Poutine est évidemment un dirigeant autoritaire, dont le mandat est obscurci par des assassinats d’opposants, mais c’est un homme d’Etat. Il a en plus perdu l’Ukraine, ses réserves agricoles et les 45 millions de Slaves russophones qui y vivent, sans lesquels la Russie ne sera jamais la puissance qu’elle rêve de redevenir. Là aussi, remettons les choses en place. Nous devons réapprendre à connaître nos adversaires, et à ne jamais oublier la géographie.

– L'Europe peut encore réparer ses erreurs ?

– L'Union européenne a prouvé, avec la crise des migrants, qu'elle n'est toujours pas cette entité supranationale capable d'affronter les convulsions du monde. On n'a finalement réussi qu'un grand marché sans capacité militaire, donc sans puissance. Personne n'en comprend plus les règles du jeu. Or que voit-on face à nous ? L'émergence d'Etats forts comme la Russie ou la Chine, résolus à défendre leurs intérêts et dotés d'une importante capacité répressive. Cette Europe-là n'a pas d'autre choix que de se battre , et de réapprendre à gagner la guerre, pour retrouver son rang. Ou elle paiera cher le prix de son affaissement. 

Lire aussi: A Saint-Malo, les écrivains du voyage sont placés face au défi de la peur de l’autre

Publicité