Chine

Le parti qui contrôlait tout

La prétention totalitaire du pouvoir chinois est réaffirmée lors de son dernier plénum

Le Parti communiste chinois (PCC) tenait le quatrième plénum de son 19e Congrès la dernière semaine d’octobre. Pour son 70e anniversaire, il a accouché d’un communiqué que bien peu de gens liront. Erreur. Pour comprendre l’orientation de la deuxième puissance économique mondiale, il faut se plonger dans les textes de son organisation, le Comité central, comme du temps de l’ex-URSS.

Dans sa dernière livraison, l’idéologie du régime est réaffirmée avec force: elle repose avant tout sur un «marxisme patriotique» et la «pensée Xi Jinping pour une nouvelle époque». On apprend que le parti dirige «l’est, l’ouest, le sud, le nord et le centre», c’est-à-dire Tout sous le Ciel. Il dirige tout, il contrôle tout: la pensée, la culture, les religions, l’armée, le pouvoir, l’économie, la science, les ethnies, le peuple, le territoire, etc. C’est la définition d’un pouvoir totalitaire.

Quel «Etat de droit»?

Cette année, le PCC insiste sur la «modernisation de la gouvernance», en Chine et dans le monde. Il est question de loi, de droit, de démocratie, d’unité, de destin commun. Comme «chez nous»? On pourrait s’y méprendre. Le PCC s’est emparé du vocabulaire des démocraties pour mieux le détourner. Pour le comprendre, il faut des traducteurs de langue et d’idéologie. Ils sont rares.

Quand Pékin parle d’«Etat de droit», cela n’a en réalité rien à voir avec notre «Etat de droit». Cette confusion est intentionnellement entretenue. Ce qui est traduit par Pékin par «Etat de droit» en français ou «Rule of Law» en anglais est le «Yifa zhiguo» en chinois. Là où l’Etat de droit européen désigne les droits et devoirs des individus, la séparation des pouvoirs, et les limites d’un gouvernement, le «Yifa zhiguo», ou «Gouverner par la loi», fait référence à une conception traditionnelle chinoise du droit compris comme un instrument au service du pouvoir pour établir l’ordre par un système de peines et de récompenses. C’est sur ce fondement légal que le capitalisme autoritaire chinois se construit. Il serait temps que l’Europe forme des traducteurs idéologiques du principal défi au modèle libéral démocratique.

Lire aussi: À Hongkong, sur le front de la nouvelle guerre froide

Publicité