Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Un membre d’Aube dorée accusé de participation au meurtre du rappeur antifasciste Pavlos Fyssas.
© LOUISA GOULIAMAKI / AFP PHOTO

Grèce

Le parti néonazi Aube dorée survit à deux ans de procès

Tandis que 69 de ses membres sont accusés de participation à une organisation criminelle, la formation d’extrême droite continue de séduire 7% de l’électorat à l’échelle nationale

Prison de Korydallos, dans la banlieue d’Athènes. Dans la petite salle du tribunal, une quinzaine d’avocats de la partie civile font face à une dizaine de collègues représentant 69 membres du parti d’extrême droite Aube dorée, accusés de participation à une organisation criminelle.

Au cœur du procès figurent trois dossiers majeurs: la tentative de meurtre de quatre pêcheurs égyptiens en juin 2012 dans une banlieue du Pirée, l’agression à la batte de base-ball de membres du syndicat communiste Pame et l’attaque du rappeur antifasciste Pavlos Fyssas, poignardé en septembre 2013 par un militant néonazi. Une affaire qui a mené à l’arrestation de l’ensemble de la direction du mouvement et à leur placement en détention provisoire, avant leur mise en liberté surveillée 18 mois plus tard.

75 témoins entendus

Le procès dure depuis deux ans. Une durée qu’il doit à différents facteurs. A la lenteur proverbiale du système judiciaire grec, une lenteur condamnée par la Cour européenne des droits de l’homme. A une grève des avocats, qui a paralysé les tribunaux pendant cinq mois. Et à sa propre complexité, ainsi qu’à l’ambition de la cour de découvrir si les différentes actions jugées ont résulté de décisions individuelles ou d’une politique de la hiérarchie du parti. Un objectif au nom duquel 75 personnes ont témoigné à ce jour.

L’épisode à l’étude ce mercredi est moins dramatique que d’autres, puisqu’elle n’a pas fait couler de sang. Mais elle éclaire utilement le fonctionnement d’Aube dorée. Dans une vidéo postée sur YouTube apparaît une scène survenue à Messolonghi, une ville de l’ouest de la Grèce, en 2012, peu après l’entrée du parti néonazi au parlement. Un député aux longs cheveux noirs, Kostas Barbaroussis, marche dans le marché local à la tête d’un groupe d’une quinzaine d’hommes. Certains portent des t-shirts noirs ornés du logo du parti, un méandre grec qui rappelle le svastika nazi. En chemin, ils détruisent des stands au motif qu’ils seraient «illégaux», tandis que leurs propriétaires, supposément étrangers, ont fui.

La violence pour combler les failles de l’Etat

Certains habitants s’interposent à l’instar d’une dame qui leur crie, porte-monnaie à la main: «Ils faisaient ça pendant les dictatures!» Mais d’autres saluent l’action du groupe. A la fin du film, le député nouvellement élu se justifie face à la caméra. «Nous sommes venus voir comment les autorités municipales et la police pratiquent leurs contrôles, déclare-t-il. Mais comme ils ont remis ça à plus tard, comme ils n’avaient pas l’intention de le faire, nous l’avons fait nous-même.» Pour une des avocates de la partie civile, Chrisa Papadopoulou, la stratégie est claire. Les militants entendent combler les failles de l’État. Le problème, ajoute-t-elle, «c’est qu’ils ont choisi pour ça la violence et les actions illégales».

C’est en pleine crise qu’Aube dorée a bâti son ascension. A l’entrée de Perama, une banlieue ouvrière du Pirée, les grues du port à conteneurs racheté par le géant chinois du fret maritime Cosco font face à de petits immeubles d’habitation en béton clair. C’est dans ce bastion communiste, où existe une forte opposition à Aube dorée, que des membres du syndicat PAME se sont fait tabasser en 2012. Dans la rue, nombreux sont ceux qui se désolidarisent publiquement du parti néonazi. Il n’empêche, la formation y compte aussi des partisans. Elle a dépassé la barre des 10% aux élections de 2012, et celle des 9% en 2015.

Ce n’est rien de grave. Ils ne font que la chasse à quelques Pakistanais

Dans un café décoré de bleu et de cordes à bateaux, une centaine d’hommes attendent le début d’un match de basket de l’Olympiakos, l’équipe du Pirée. Accoudés à une table, deux chauffeurs de taxi aux larges épaules se disent électeurs de la Nouvelle démocratie, le parti conservateur du clan Karamanlis.

Le plus vieux ne voit pourtant rien de mal aux actions musclées d’Aube dorée, des actions qualifiées pourtant de passages à tabac par les associations antiracistes. «Ce n’est rien de grave, argumente-t-il. Ils ne font que la chasse à quelques Pakistanais.» Son collègue s’en mêle. «Je ne voterai jamais pour Aube dorée, car mon grand-père a été tué par les nazis pendant la guerre», insiste-t-il. Mais ce quarantenaire aux cheveux rasés ne cache pas pour autant une certaine sympathie pour la formation. Il est heureux que le procès ait pratiquement disparu des écrans de télévision. «Les médias n’en ont plus besoin, ironise-t-il. Ils ont fait leur propagande.»

Stratégie de récupération

Le frère du président d’Aube dorée, l’avocat Panagiotis Michalolias, tient le même discours. «Nous pensons que le procès a été déclenché au vu des résultats électoraux de 2012, alors que le gouvernement n’arrivait pas à freiner le parti.» Depuis les intentions de vote restent bloquées au même niveau à l’échelle nationale, autour de 7%.

A Perama, Aube dorée poursuit sa stratégie de récupération. En 2015, le parti a inauguré les bureaux d’un «Syndicat des travailleurs grecs des chantiers navals» et, en janvier dernier, le député Yiannis Lagos est venu s’afficher devant les caméras à la tête d’un groupe de parents opposés à la scolarisation d’enfants réfugiés.

Vidéo édifiante

Différents éléments démontrent le caractère néonazi du parti – une vidéo de 2005 montre par exemple la direction d’Aube dorée à un concert de rock néonazi, où s’entendent les slogans «Sieg Heil!» et «Juden raus!». Mais malgré leur publication régulière, le parti de Nikolaos Michaloliakos n’est pas près de disparaître. «Le procès est nécessaire à la délégitimation de ce parti, explique le président de la Fédération internationale pour les droits de l’homme, Dimitris Christopoulos. Mais il ne peut réduire seul l’impact de l’extrême droite.»

Publicité
Publicité

La dernière vidéo monde

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

Cela faisait 5 ans que le pays adepte des grandes démonstrations de force n'avait plus organisé ses «jeux de masse», où gymnastes et militaires se succèdent pour créer des tableaux vivants devant plus de 150 000 spectacteurs. Pourquoi ce retour?

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

n/a