Tous ceux qui déplorent les pouvoirs de contrôle limités du parlement français auront, cette semaine, une nouvelle occasion de plaider pour une VIe République. Pressé de tourner la page de la pandémie, qui a déjà coûté à l’Etat près de 200 milliards d’euros en aides, prêts ou mesures de soutien à l’économie au nom du «quoi qu’il en coûte», Emmanuel Macron entend faire adopter en «accéléré» le projet de loi sur le «passe sanitaire» dès cette fin de semaine.

Lire aussi: Paris, Londres et le covid: le grand fossé sanitaire