«Au forceps» selon plusieurs élus, le passe sanitaire a été adopté définitivement, dimanche soir, par le parlement français, au lendemain d'une nouvelle journée de mobilisation de ses opposants.

L'Assemblée nationale a mis fin par un large vote (156 voix pour, 60 contre, 14 abstentions) à un marathon parlementaire entamé mardi sur ce texte controversé, dénoncé jusqu'au bout par l'opposant Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise, LFI), comme une «liberté conditionnelle». Le Sénat, dominé par la droite, avait déjà approuvé le même texte qui prévoit un pass sanitaire étendu à un grand nombre de lieux dont les restaurants et les transports, et une obligation vaccinale pour les soignants.


Lire aussi


Il n'y aura toutefois pas de licenciement pour les personnes qui ne respecteraient pas l'obligation vaccinale du fait de leur profession mais une suspension du salaire. Ce point avait été âprement discuté. «Le Covid est temporaire, les licenciements sont définitifs», a fait valoir un responsable du parti Les Républicains (droite) au Sénat, Philippe Bas.

Le projet de loi doit encore passer le filtre du Conseil constitutionnel saisi par le premier ministre Jean Castex et la gauche.

Des manifestations anti-restrictions sanitaires

Le pass étendu doit être appliqué début août. Le temps presse face à une flambée des contaminations liée à la propagation du variant Delta, très contagieux.

Pour poursuivre avec l'opinion: Le projet de loi «Pass sanitaire» devient celui de tous les dangers

Après une première mobilisation nationale le 17 juillet, des dizaines de manifestations anti-restrictions sanitaires ont à nouveau eu lieu samedi. «Pour la liberté» et «contre la dictature sanitaire»: plus de 160 000 personnes, selon le ministère de l'Intérieur, ont défilé sur tout le territoire, dont 11 000 à Paris.

L'un des cortèges parisiens, constitué essentiellement de «gilets jaunes» (le mouvement de contestation sociale né en France fin 2018), a été émaillé d'incidents sporadiques. A l'appel du président des Patriotes (extrême droite), Florian Philippot, plusieurs milliers de personnes s'étaient aussi rassemblées au Trocadéro.

Outre l'obligation vaccinale pour les soignants, sapeurs-pompiers ou professionnels auprès des personnes âgées, le projet de loi prévoit une extension du pass sanitaire début août dans les cafés-restaurants, foires et salons, avions, trains et cars longs trajets, établissements médicaux. La préfecture du Calvados (ouest) a annoncé une «expérimentation volontaire» dès dimanche dans les bars et restaurants de Deauville et Trouville, face à une forte augmentation des cas.