L’ONU souhaite recueillir quelque 3,8 milliards de dollars, destinés à aider le pays le plus pauvre du continent américain à «se reconstruire en mieux». Le 12 janvier dernier, le séisme a détruit une grande partie la capitale Port-au-Prince, tuant au moins 220 000 personnes et faisant 1,3 million de sans-abri.

L’Union européenne va s’engager à fournir 1,2 milliard d’euros pour la reconstruction d’Haïti. Ces fonds proviendront des contributions de la Commission, de la Banque européenne d’investissement (BEI) et des différents Etats de l’Union. Ils devraient couvrir la période 2010-2013.

La coopération suisse présentera quant à elle son programme d’aide. La direction du développement et de la coopération (DDC) disposera de 36 millions de francs jusqu’en 2012 pour aider à la reconstruction. Ce montant s’ajoute aux 55 millions de francs réunis par la Chaîne du Bonheur.

L’aide suisse se concentrera sur la reconstruction d’écoles et d’hôpitaux. Elle travaillera aussi à rétablir ou amener l’eau potable. Les autres points forts concernent le développement rural, la sécurité alimentaire et la reforestation.

A la veille de la conférence, Médecins Sans Frontières (MSF) a exhorté la communauté internationale à s’engager à fournir sur le long terme des soins médicaux gratuits à la population haïtienne, craignant que les autorités de Port-au-Prince facturent à nouveau les traitements.

L’ONG appelle ainsi les pays donateurs à dégager des moyens financiers pour subvenir au système de santé haïtien, qui était déjà précaire avant le séisme.

1,15 milliard de dollars des Etats-Unis

Les Etats-Unis vont engager 1,15 milliard de dollars pour la reconstruction à long terme d’Haïti, a annoncé mercredi Hillary Clinton. Cette somme s’ajoutera à un montant de 2,8 milliards de dollars destinés à satisfaire aux «besoins essentiels et urgents» du pays. Cet argent sera affecté au plan du gouvernement d’Haïti pour renforcer l’agriculture, l’énergie, la santé, la sécurité et la gouvernance», a déclaré Mme Clinton à l’ouverture de la conférence des donateurs à l’ONU.

La cheffe de la diplomatie américaine a aussi appelé tant les donateurs que le gouvernement de Port-au-Prince à «ne pas revenir aux stratégies qui se sont avérées incapables» de développer le pays le plus pauvre des Amériques.

Le président américain Barack Obama avait précédemment promis 2,8 milliards de dollars d’aide pour satisfaire aux «besoins essentiels et urgents» du pays dévasté par un séisme le 12 janvier.