Il n’y aura pas eu de larmes de joie pour fêter une victoire qui n’en est pas encore tout à fait une, mais des cris de soulagement: «Si se pudo!» («on a réussi»), entonnaient les partisans de Pedro Castillo, rassemblés devant les locaux de son parti, Peru Libre, mardi 15 juin au soir, à Lima. Après neuf jours de décomptes interminables et 100% des bulletins dépouillés, Pedro Castillo, 51 ans, est le virtuel gagnant de l’élection présidentielle, avec 50,12% et 44 058 voix d’avance sur Keiko Fujimori – plus que la différence de 40 000 voix obtenue par l’ex-président Pedro Pablo Kuczynski face à la même candidate en 2016. Mais ses partisans sont, comme lui, restés prudents. Car, officiellement, le Pérou n’a toujours pas de président élu.